En attente de son procès au Québec, Vukasin Popovic avait coupé son bracelet électronique GPS et avait pris la fuite à l’international. Le suspect pour vol à Montréal de cryptomonnaie estimée à plus de 3 millions de dollars avait finalement été arrêté par les autorités françaises.

Véronique Lauzon Véronique Lauzon
La Presse

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a annoncé, lundi, que Vukasin Popovic a été arrêté en France le 23 juin dernier « en vertu d’une demande d’arrestation provisoire urgente du Canada ».

En février dernier, des enquêteurs du SPVM ont arrêté Popovic et deux présumés complices, Yvon Petrovic et David Mercier, ressortissants français et croate. Ils sont accusés de vol, de fraude et de complot.

Arrêtés avant de quitter le pays

Vers le 19 janvier, les trois hommes, débarqués au Canada peu avant, ont rencontré deux Américains dans le lobby d’un hôtel de Montréal pour effectuer une transaction de cryptomonnaie estimée à plus de 3 millions de dollars.

Les deux Américains se seraient fait voler et ont porté plainte au SPVM, qui a réussi à arrêter les trois suspects avant qu’ils retournent dans leur pays.

Le 18 février, au palais de justice de Montréal, ils ont obtenu leur remise en liberté sous conditions. Vukasin Popovic, aussi connu sous le nom de Jovanovic, devait notamment porter un bracelet électronique GPS.

Trois jours plus tard, lorsqu’il a coupé son bracelet électronique GPS, le SPVM a immédiatement lancé un avis de recherche puisqu’il craignait que l’homme de 34 ans quitte le pays « dans le but de se soustraire aux prochaines étapes du processus judiciaire », avait expliqué le service de police dans l’avis de recherche.

Une crainte qui s’est avérée justifiée. « Celui-ci [Vukasin Popovic] a fui en sol américain et tenté par la suite de poursuivre sa cavale en Roumanie. C’est lors de son escale à Paris que Popovic a été arrêté. Il a été placé sous écrou extraditionnel le 24 juin 2020 », peut-on lire dans le communiqué de presse du SPVM diffusé lundi.

Les autorités françaises ont informé les autorités canadiennes que le suspect serait d’abord transféré en Italie, où il fait aussi face à des accusations. « Des démarches d’extradition vers le Canada seront effectuées une fois les procédures terminées à cet endroit. Popovic aura à faire face à des chefs d’accusation de non-respect des conditions en plus des chefs d’accusation initiaux », peut-on lire dans le communiqué.