Au terme d’une enquête débutée en mai dernier qui a nécessité la collaboration de trois corps policiers, sept suspects qui seraient reliés au groupe criminalisé South American Theft Group ont été arrêtés et devront faire face à la justice.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Une enquête menée par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) à la suite d’un vol commis dans la nuit du 2 au 3 mai dernier a pris l’allure d’une course à relais entre les policiers de Montréal, de la Police provinciale de l’Ontario (OPP) et de Peel Regional, appuyés par des agents de l’Agence des services frontaliers du Canada (AFSC). Le but ? Mettre un terme aux activités criminelles de membres présumés d’une cellule reliée au groupe criminalisé South American Theft Group (SATG).

Selon le SPVM, le vol de 200 000 $-minutieusement planifié-s’est produit dans un bureau de change de Cartierville, à Montréal. Les suspects pourraient être reliés à d’autres vols et introduction par effraction survenus à Montréal. Ils se sont enfuis en Ontario le 15 mai alors que les policiers de Montréal étaient sur leurs traces, L’OPP et la Peel Regional Police ont alors déployé des équipes d’enquêteurs pour poursuivre les démarches amorcées.

Deux jours plus tard, les sept suspects ont intercepté lors d’une introduction par effraction dans le secteur de Mississauga en Ontario. Trois des suspects ont été arrêtés alors qu’ils se trouvaient à l’intérieur de l’immeuble et l’un d’entre eux sera retrouvé par les policiers dans le comble du commerce.

Les perquisitions ont permis la saisie de plusieurs outils de cambriolage, d’un brouilleur d’ondes, de plusieurs milliers de dollars en devises canadiennes et américaines, de faux documents d’identification en plus d’un des sacs volés le 2 mai lors de l’introduction par effraction dans le bureau de change de Cartierville.

Les suspects —Mora Parada, Alba Rocha, Lopez Salazar, Serrato Luque, Reina Camelo, Gomez Millan et Rojas Rojas — sont actuellement accusés en Ontario pour introductions par effraction commises dans le secteur de Mississauga. Les suspects ont comparu et demeurent détenus.

Parmi eux, cinq sont également accusés d’introductions par effraction commises à Montréal en mai et en avril.

Ils ont comparu aujourd’hui par visiocomparution au palais de justice de Montréal pour répondre de 11 chefs d’accusation, dont introduction par effraction, vol et recel.