L’homme armé qui s’est introduit sur le terrain des résidences du premier ministre et de la gouverneure générale jeudi a comparu en cour vendredi après-midi, pour être accusé formellement de 22 chefs d’accusations.

Vincent Larouche Vincent Larouche
La Presse

Corey Hurren, un artisan saucissier de 46 ans du nord du Manitoba, était en possession de plusieurs armes à feu selon la GRC.

PHOTO TIRÉE DE LINKEDIN

Corey Hurren

Il fait face notamment face à des chefs d’accusations liés à l’utilisation ou l’entreposage négligent d’armes à feu, au port d’arme dans un dessein dangereux, de possession non-autorisée d’une arme à autorisation restreinte, de possession non autorisée d’un dispositif prohibé. Il est aussi accusé d’avoir proféré des menaces.

La couronne s’est opposée à sa remise en liberté pour l’instant. Corey Hurren doit revenir devant la cour le 17 juillet.

PHOTO JUSTIN TANG, LA PRESSE CANADIENNE

Le sous-commissaire à la GRC, Mike Duheme.

La GRC affirme que l’Équipe intégrée de la sécurité nationale, un groupe d’enquêteurs spécialisés, participe maintenant à l’enquête.

La police avait expliqué lors d’une conférence de presse que le suspect avait enfoncé avec son véhicule la lourde grille de métal qui ceinture le terrain de Rideau Hall, où se trouve la résidence de la gouverneure générale et la résidence temporaire du premier ministre Trudeau.

PHOTO PATRICK DOYLE, REUTERS

L’homme a marché avec une arme sur le terrain avant d’être interpellé par des policiers. Il a discuté pendant plus d’une heure avec eux avant de se rendre sans résister.

On ignore le mobile de son geste pour l’instant. Moins d’une heure avant de passer à l’action, il avait publié sur les réseaux sociaux une référence à une théorie du complot qui relie le fondateur de Microsoft Bill Gates à la pandémie de COVID-19.