C’est maintenant huit religieux des Clercs de Saint-Viateur qui devront faire face à la justice pour leurs démons du passé. Après un premier coup de filet la semaine dernière, la Sûreté du Québec a arrêté trois autres frères de la même congrégation pour des crimes sexuels qui auraient été commis il y a des décennies.

Louis-Samuel Perron Louis-Samuel Perron
La Presse

Jean-Maurice O’Leary, 82 ans, Claude Gariépy, 73 ans et un homme de 93 ans font face à des chefs d’accusation de grossière indécence et d’attentat à la pudeur à l’égard de personnes de sexe masculin, a annoncé mardi la SQ.

Selon un mandat d’arrêt déposé le 19 juin au palais de justice de Montréal, le nonagénaire serait Rosaire Blais. Sa résidence est en effet à la maison des Clercs de Saint-Viateur à Outremont. Il aurait commis des crimes sexuels à l’endroit d’une personne de sexe masculin, il y a plus de 65 ans.

« Les événements reprochés auraient eu lieu entre les années 1953 et 1982, alors que ces hommes, membres d’une congrégation, étaient responsables de l’enseignement et de l’encadrement des victimes mineures, dans divers collèges d’enseignement au Québec », indique la SQ. Les gestes auraient été posés à Rawdon, à Montréal, et à Havre-Saint-Pierre sur la Côte-Nord.

La semaine dernière, la SQ a arrêté cinq prêtres et frères des Clercs de Saint-Viateur dans leur résidence religieuse de Joliette pour des crimes commis entre 1961 et 1989. Il s’agit de Roger Larue, 89 ans, Jean Pilon, Gérard Whissell, Laurent Madore et Raoul Jomphe. Les cinq hommes œuvraient dans des collèges québécois situés à Rigaud, à Matane et à Pohénégamook.