Pour la première fois au pays depuis la pandémie, un jury a rendu un verdict dimanche après-midi à Montréal. Au troisième jour de délibérations, les jurés ont reconnu coupables Ducakis François et Willy Junior St-Jean d’un homicide involontaire survenu il y a trois ans à Montréal-Nord. Les deux hommes évitent toutefois une condamnation pour meurtre au second degré.

Louis-Samuel Perron Louis-Samuel Perron
La Presse

« Ce n’est pas le résultat qu’on recherchait au début du procès. Mais le jury a fait un travail tout à fait remarquable dans les circonstances surtout avec la reprise du procès dans le contexte de la pandémie. On se réjouit surtout du fait que le jury a conclu à la responsabilité des deux accusés dans l’assassinat de Valery Belange », a réagi le procureur de la Couronne, MMatthew Ferguson.

Interrompu abruptement à la mi-mars, le procès avait finalement repris la semaine dernière avec des mesures sanitaires exceptionnelles dans une immense salle d’audience du Centre de services judiciaires Gouin. Une première au pays. Pour respecter la distanciation physique, les jurés ont ensuite délibéré dans l’autre salle de ce palais de justice construit pour les mégaprocès des Hells Angels.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Ducakis François

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Willy Junior St-Jean

Les neuf hommes et trois femmes du jury ont tranché que Willy Junior St-Jean, 33 ans, et Ducakis François, 26 ans avaient tué Valery Belange, le soir du 29 août 2017. Cependant, les deux accusés n’avaient pas l’intention de lui enlever la vie ou de lui causer des blessures potentiellement mortelles, ont-ils vraisemblablement conclu.

« On peut comprendre du verdict que les jurés ont rejeté toute explication innocente quant à la présence des deux accusés ce soir-là. Ils ont conclu à la responsabilité des deux accusés quant à la mort de Valery Belange », a expliqué MFerguson. Selon la thèse de la Couronne, c’est Willy Junior St-Jean qui a appuyé sur la détente ce soir-là.

Or, personne n’a vu qui a tiré sur Valery Belange. Bref, la preuve de la Couronne reposait sur des éléments circonstanciels, comme des échanges téléphoniques, de l’ADN, des recherches sur l'internet et quelques témoins. Si la présence des accusés sur les lieux ne faisait pas de doute, leur intention et leur rôle dans la mort de Valery Belange restaient cependant difficiles à prouver en l’absence de mobile clair.

Ducakis François et Willy Junior St-Jean se sont rendus à l’immeuble de la victime ce soir-là, en compagnie de Chloé Langlois, la femme de M. François. Celle-ci travaillait comme escorte et communiquait alors avec son client Valery Belange. Pour une raison qui demeure inconnue, ce dernier a été tiré à bout portant dans la cage d’escalier de son immeuble. Une casquette abandonnée sur les lieux contenait l’ADN de Willy Junior St-Jean.

Une empreinte digitale de Ducakis François a été retrouvée sur une voiture garée près de l’immeuble. Un témoin de la Couronne indique avoir vu un homme se cacher à cet endroit même juste avant le meurtre. Ducakis François a reconnu au procès avoir été présent le soir du crime, mais a nié avoir vu le coup de feu et avoir été mêlé au meurtre. Visiblement, le jury a rejeté sa version. Son coaccusé n’a pas témoigné.

Les deux hommes font face à une peine minimum de quatre ans d’emprisonnement. Ils risquent cependant une peine plus élevée compte tenu des circonstances du crime. Les observations sur la peine auront lieu le 27 juillet prochain.

MPierre-Olivier Bolduc fait équipe avec MFerguson pour la Couronne, alors que MMarion Burelle représente Ducakis François. MMaxime Chevalier défend Willy Junior St-Jean.