Trois hommes ont comparu en cour samedi pour faire face à une série d’accusations criminelles en lien avec l’agression d’un ex-policier spécialiste de la mafia et de sa mère âgée de 87 ans. C’est une plaque d’immatriculation mal fixée qui aurait attiré l’attention sur les suspects pendant leur fuite.

Vincent Larouche Vincent Larouche
La Presse

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

Louis-Simon Jacques, 30 ans, de Bolton-Est, Sandel Pierre, 18 ans, de Montréal, et Yadley Deutz Saint-Jean, 23 ans, de Montréal, sont gardés en détention pour l’instant. Ils sont accusés de possession d’une arme semi-automatique chargée, de menaces de mort, de séquestration, d’entrée par effraction et de voies de fait armées contre l’ancien policier du SPVM Pietro Poletti. Ils sont aussi accusés de voies de fait sur la mère de M. Poletti.

Une enquête sur remise en liberté aura lieu à une date ultérieure pour les trois suspects.

Une plaque tenue par une seule vis

Pietro Poletti était à sa maison de LaSalle avec sa mère vendredi matin lorsque trois hommes se sont présentés à sa porte. Dès qu’il a ouvert, il a été sauvagement battu avec un bâton. Sa mère octogénaire a aussi été rudoyée. Après avoir entendu l’un des agresseurs crier « Tire-le ! », l’ancien policier s’est lancé dehors, atterrissant à l’extérieur à la vue de tous, ce qui semble avoir poussé ses assaillants à s’enfuir.

Les suspects ont été retrouvés grâce à un témoin qui avait noté leur numéro de plaque d’immatriculation. La description du véhicule et de la plaque avait été envoyée aux différents services de police de la région métropolitaine.

Selon nos informations, vers 18 h, deux patrouilleurs du service de police de Longueuil ont été dépassés sur l’autoroute par une voiture qui a attiré leur attention : la plaque d’immatriculation sur le véhicule pendouillait, retenue par une seule vis. En y regardant de plus près, l’un des policiers a eu la surprise de constater que le véhicule et la plaque correspondaient à la description fournie après le braquage chez M. Poletti.

Les policiers avaient apparemment du mal à croire que des suspects en fuite puissent être assez imprudents pour les doubler ainsi alors que tous les policiers de la région étaient à leurs trousses. Ils ont tout de même appelé du renfort pour intercepter le véhicule et ordonner aux occupants de sortir, à l’aide d’un mégaphone.

La fouille de la voiture a permis de saisir un pistolet chargé, un bâton télescopique et un couteau.

Mobile inconnu

Le mobile du crime demeure inconnu pour l’instant. Selon nos sources, l’enquête se poursuit afin de déterminer si quelqu’un a payé les suspects pour commettre l’agression. Pietro Poletti a fait une longue carrière dans la lutte contre le crime organisé au sein du SPVM, et s’était particulièrement spécialisé dans les dossiers liés à la mafia. Il était présent lors de l’arrestation du parrain Vito Rizzuto pour trois meurtres, en 2004.

Pendant qu’il était toujours en service, une personne était venue déposer une couronne de fleurs devant la maison qu’il habitait avec sa mère, ce qui avait été interprété comme une menace et avait provoqué des discussions houleuses avec les plus hautes sphères du crime organisé à Montréal. Le responsable n’a jamais été identifié publiquement.