Les enquêteurs chargés de faire la lumière sur l’écrasement d’un avion de l’escadrille des Snowbirds le 17 mai dernier en Colombie-Britannique croient qu’un impact avec un oiseau pourrait être à l’origine du drame qui a fait un mort et un blessé grave.

Vincent Larouche Vincent Larouche
La Presse

L’avion avait quitté la formation peu après le décollage et avait piqué vers le sol. Les deux occupants s’étaient éjectés mais il était trop tard pour la capitaine Jenn Casey, une officière des affaires publiques des Forces armées canadiennes, qui a perdu la vie dans l’accident. Le pilote de l’appareil, le capitaine Richard MacDougall, s’en est sorti avec des blessures graves. L’appareil a été complètement détruit en s’écrasant au sol.

Un rapport préliminaire dévoilé par l'Aviation royale canadienne lundi matin révèle qu'une analyse de séquences vidéo a permis de constater qu'un oiseau se trouvait « très près » de la prise de droite du moteur de l'avion, « pendant la phase critique du décollage ».

PHOTO FOURNIE PAR LES FORCES ARMÉES CANADIENNES

« Une analyse détaillée des séquences vidéo récupérées pour l’enquête a révélé qu’un oiseau se trouvait très près de la prise du moteur droit de l’avion pendant la phase critique du décollage », révèle un rapport préliminaire dévoilé par l’Aviation royale canadienne lundi matin.

« L’enquête se concentre sur les facteurs environnementaux [impact aviaire] ainsi que sur la performance du système d’évacuation », poursuit le bref rapport.

L'enquête est loin d'être terminée pour autant.

« Pendant une enquête de la sécurité des vols, nous cherchons à mener une enquête rigoureuse, exhaustive, exacte et professionnelle. Bien que nous puissions comprendre rapidement ce qui s’est produit pendant l’accident, la partie la plus difficile de l’enquête commence lorsque nous creusons davantage pour comprendre comment et pourquoi c’est arrivé. Nous décortiquons l’information pour comprendre tout ce que nous pouvons à propos de l’accident, de manière à pouvoir recommander des mesures préventives efficaces afin de réduire le risque qu’un tel accident ne se reproduise », a déclaré le colonel John Alexander, un responsable de la sécurité des vols au ministère de la Défense nationale.

L’escadrille des Snowbirds, le groupe de démonstration des Forces armées canadiennes, faisait une tournée du pays pour encourager le personnel soignant dans le cadre de la pandémie de COVID-19.

Le groupe vole sur des appareils CT114 Tutor, un avion introduit dans les années 60. La flotte de Tutors a été clouée au sol jusqu'à nouvel ordre dans la foulée de l'accident.