Le meurtre et l’enlèvement en plein jour d’un homme, il y a trois ans à Laval, auraient été résolus par les enquêteurs de la Sûreté du Québec. Deux suspects ont été accusés mercredi de l’homicide involontaire de Kellen Seow, retrouvé sans vie en bordure de l’autoroute 13 en mars 2017.

Louis-Samuel Perron Louis-Samuel Perron
La Presse

« Ça fait trois ans que j’attends cet appel. On va avoir une justice pour l’injustice qui est arrivée », souffle sa conjointe, au bout du fil. Trois ans plus tard, la Montréalaise cherche toujours des réponses à la mort de son conjoint qui s’est retrouvé « à la mauvaise place au mauvais moment » ce matin fatidique.

« Je ne dis pas que c’est un ange mon conjoint, mais c’était un bon père. C’était un bon papa qui ne manquait jamais une partie de soccer, qui faisait les repas et qui était toujours là pour nous », confie la femme, qui préfère garder l’anonymat.

Marc Laflamme-Berthelot, 36 ans, et Manuel Savoie, 45 ans, de Mascouche, ont comparu mercredi par visioconférence au palais de justice de Laval. Manuel Savoie a été arrêté mardi par le groupe d’intervention tactique de la SQ dans le stationnement d’un commerce de Terrebonne, alors que l'autre accusé se trouvait déjà derrière les barreaux.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Marc Laflamme-Berthelot, en 2010

Les circonstances de cette affaire demeurent toujours floues. Selon les policiers, les deux suspects auraient kidnappé Kellen Seow dans le stationnement du restaurant Tutti Frutti de Sainte-Dorothée en fin de matinée. Les agresseurs auraient ensuite battu et poignardé la victime. Son corps a été retrouvé quelques kilomètres plus loin sur le bord de l’autoroute.

La Presse rapportait à l’époque que la mort de l’homme de 34 ans serait liée à une mésentente concernant le commerce des stupéfiants. Le résidant de L’Île-Bizard n’a qu’un seul antécédent criminel. Il avait écopé d’une probation de deux ans en 2008 pour avoir commis des voies de fait graves et une agression armée. Selon sa conjointe, il avait seulement défendu une amie qui était harcelée par des hommes.

L’un des accusés, Marc Laflamme-Berthelot, purge une peine au pénitencier à sécurité maximale de Port-Cartier. Il est connu pour être entré par effraction dans la résidence du mafioso Francesco Del Balso en mai 2017, vraisemblablement pour tuer ce dernier. À cette occasion, il avait braqué une arme à feu vers une femme et un jeune homme. « Couchez-vous par terre, sinon je vous tire », avait-il crié.

« Y'est où, Francesco ? », avait-il demandé à ses victimes, en leur touchant la tête avec son revolver. Il avait également donné des coups de pied à ses victimes. L’agresseur avait finalement été pincé par les policiers au terme d’une poursuite à haute vitesse sur l’autoroute.

- Avec Daniel Renaud