La Montréalaise qui aurait poignardé ses deux filles samedi soir dans le quartier Villeray a été accusée lundi matin du meurtre non prémédité de sa fille de 11 ans. Elle est également accusée d’avoir tenté de tuer sa fille cadette en la poignardant.

Louis-Samuel Perron Louis-Samuel Perron
La Presse

La mère de 34 ans a comparu au téléphone depuis son lit d’hôpital lundi matin au palais de justice de Montréal devant la juge Geneviève Graton. Elle fait face à deux chefs d’accusation de meurtre au second degré et de tentative de meurtre, selon la dénonciation.

Une ordonnance de non-publication nous empêche de nommer l’accusée pour protéger l’identité de la fillette de cinq ans. Celle-ci repose dans un état stable à l’hôpital.

La cause doit revenir en cour le 13 mai prochain. L’accusée demeure détenue d’ici là. Elle n’a aucun antécédent judiciaire.

Le drame s’est produit samedi soir dans un appartement de la Coopérative d’habitation Rousselot dans le quartier Villeray à Montréal. Selon un témoin, le père est sorti de l’immeuble en criant que la mère avait tué ses filles. Une scène qui a marqué le voisinage.

« Ils ont sorti la mère en premier, menottée. Ils ont sorti la plus petite sur une civière. Mais ça a pris du temps avant qu’ils sortent la deuxième. La plus vieille est restée longtemps à l’intérieur, ils lui faisaient le massage cardiaque jusqu’à l’ambulance. Je trouvais que c’était très long avant qu’ils la mettent dans l’ambulance. Je sentais que c’était mauvais signe », a raconté une voisine à La Presse.

– Avec Audrey Ruel-Manseau, La Presse