Dans les jours qui ont suivi la tentative de meurtre commise contre le chef de gang Arsène Mompoint à Montréal en août dernier, les enquêteurs du SPVM ont rapidement reçu des informations qui leur ont permis d’arrêter un suspect et, peut-être, de prévenir une escalade.

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

C’est ce qui ressort du témoignage d’un enquêteur entendu aujourd’hui dans le cadre du procès pour possession d’arme de Faouzi Harmali, qui s’est ouvert mercredi au Palais de justice de Montréal, devant le juge André Perreault de la Cour du Québec.

Harmali, 28 ans, a été arrêté le 13 août 2019, six jours après la tentative de meurtre contre Mompoint, survenue dans la nuit du 7 au 8 août, dans un stationnement de la rue Valdombre, dans l’arrondissement de Saint-Léonard.

PHOTO COURTOISIE SPVM

L’accusé Faouzi Harmali.

Le sergent détective Samuel Couture du Centre d’enquête est du SPVM a raconté qu’après avoir été atteint d’un coup de feu entre la poitrine et la clavicule, Arsène Mompoint s’est réfugié dans un hôtel où il a demandé de l’aide.

Il a ensuite été transporté à l’hôpital où il a donné une brève version des événements qui ont permis au policier de retrouver l’endroit où la tentative de meurtre a eu lieu et de – entre autres – trouver une douille de calibre 9 mm percutée au sol.

Mompoint, dont le surnom dans la rue est BM, a refusé de porter plainte et de collaborer avec les policiers. Il n’a pas voulu que ceux-ci aient accès à son dossier médical et il leur a dit qu’il avait été atteint par un coup de calibre 12, mais l’enquêteur a rapidement écarté cette possibilité.

Fouz est le tireur

Quelques heures après le crime, l’enquêteur a reçu d’un collègue des informations d’une source voulant qu’un certain Fouz soit le tireur, qu’il soit âgé de 25-26 ans environ, qu’il ait déjà été arrêté avec une arme dans le passé, qu’il fréquente le plan d’habitation Rosemont et qu’il soit possible que dans quelques jours, il y ait une réplique dans le plan Rosemont ou sur des membres de la clique de Fouz et d’un certain Patek.

Plus tard, un autre collègue a appelé l’enquêteur Couture pour lui dire que Fouz est Faouzi Harmali.

« Arsène Mompoint est lié au crime organisé. Il est connu dans le milieu criminel et de l’ensemble des policiers du SPVM. De ma compréhension, BM et Harmali se connaissaient. Les informations que j’avais étaient qu’Arsène Mompoint savait qui lui avait tiré dessus et qu’il y avait donc une possibilité de réplique », a témoigné l’enquêteur Couture.

Un contrat très payant

Ce dernier et ses collègues ont poursuivi leur enquête. Dans les jours suivants, ils ont obtenu des informations d’autres policiers contrôleurs de sources voulant que la tentative de meurtre contre Mompoint n’était pas une transaction de drogue qui avait mal tourné, que Mompoint avait un contrat sur sa tête depuis 8-9 mois, que ce dernier revenait de Toronto, que Fouz lui ait donné rendez-vous et lui ait tiré dessus, que les deux hommes se connaissaient bien, que Fouz a même travaillé pour Mompoint dans le trafic de stupéfiants, mais qu’il avait aussi des liens avec Gregory Woolley et que le contrat a été donné par Jean Winsing Barthelus, alias Zing.

« Le contrat sur BM, tout le monde l’aurait accepté. Il était très payant », a dit le témoin, citant un collège enquêteur, contrôleur de l’une des sources policières.

Plus tard, l’enquêteur Couture a remarqué la présence d’un luxueux Range Rover dans le stationnement du plan Rosemont et appris que le même véhicule apparaissait sur une vidéo sur laquelle figurait Faouzi Harmali, et qui avait été publiée sur le compte Snapchat d’un proche.

En faisant du recoupage d’informations, les policiers ont identifié un endroit. Ils y ont dépêché une équipe de filature qui a tôt fait de repérer Harmali au volant d’une Porsche Panamera blanche le 13 août dernier.

L’enquêteur Couture a obtenu une information selon laquelle Harmali craignait une réplique et se déplaçait armé. Il a demandé aux policiers de la filature de l’arrêter pour tentative de meurtre, avoir déchargé une arme à feu et possession d’une arme à feu.

PHOTO DÉPOSÉE EN COUR

Le revolver trouvé dans la voiture conduite par Harmali

Les policiers ont intercepté la Porsche, appréhendé Harmali et trouvé, dans le véhicule, un pistolet – avec des balles dans le barillet – dans un sac en bandoulière que portait Harmali plus tôt dans la journée, selon ce qu’ont vu les policiers fileurs.

Finalement Faouzi Harmali a été accusé uniquement de possession et de port d’une arme prohibée sans permis valide. Il n’a pas été accusé d’avoir tenté de tuer Mompoint et d’avoir déchargé une arme en sa direction.

Jean Winsing Barthelus n’a pas été arrêté et accusé dans cette affaire. Arsène Mompoint est actuellement détenu en attente de procès pour une affaire de stupéfiants. Le procès de Faouzi Harmali se poursuit vendredi puis fera relâche jusqu’au 23 avril prochain.

Pour joindre Daniel Renaud, composez le (514) 285-7000, poste 4918, écrivez drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse.