Sa veste des Hells Angels à peine étrennée, déjà Pascal Facchino goûte au pénitencier.

Daniel Renaud
Daniel Renaud La Presse

Le Hells Angels de la section de Trois-Rivières, l’un des derniers à avoir accédé au « grand club », a été condamné à huit ans d’emprisonnement mercredi au palais de justice de Montréal, après avoir plaidé coupable à des accusations de complot de trafic et de trafic de stupéfiants au profit d’une organisation criminelle.

Facchino, 45 ans, Claude Gauthier, un autre Hells Angels de Trois-Rivières, et six autres personnes ont été arrêtés en avril 2019 à l’issue du projet Orque, enquête de l’Escouade nationale de répression contre le crime organisé (ENRCO) visant un réseau de trafiquants de stupéfiants qui opéraient dans la région de Saint-Jean-sur-Richelieu, au sud de Montréal.

Mercredi, deux des adjoints de Facchino, Dany Couillard et Denis Savoie, ont également reconnu leur culpabilité à des chefs similaires au palais de justice de Montréal et ont été respectivement condamnés à des peines de quatre ans et quatre mois et de cinq ans de pénitencier.

Deux autres de ses bras droits, Michel Nadeau et Todd Bissett, ont annoncé qu’ils plaideraient coupable le 24 avril prochain.

La poursuite a retiré les chefs portés contre les conjointes de Facchino et de Savoie, alors que Claude Gauthier est le seul des accusés à vouloir, pour le moment du moins, un procès, qui a été fixé au 20 juillet prochain.

Loyer de 10 000 $ par mois

Selon un résumé des faits déposé en cour et reconnu par les accusés, les responsables du réseau de trafic de stupéfiants dirigé par Facchino avaient pour objectif d’écouler trois kilogrammes de cocaïne par mois. Un kilogramme de cocaïne vaut environ 50 000 $ sur le marché noir, avant qu’il soit coupé et vendu dans la rue.

Selon la théorie de la poursuite, la preuve basée sur l’écoute électronique, la surveillance par caméra, la filature et des systèmes de repérage ont permis d’établir que Facchino acheminait 10 000 $ par mois à Gauthier – considéré comme le « propriétaire » du territoire – pour opérer à Saint-Jean-sur-Richelieu et dans les municipalités avoisinantes.

Facchino était l’homme de main et de confiance de Gauthier. Selon la preuve – en particulier une conversation interceptée le 18 octobre 2018 –, il coordonnait l’approvisionnement en cocaïne, gérait des équipes de vendeurs, coordonnait les efforts de chacun et gérait l’argent de l’organisation. Le réseau était structuré et hiérarchisé. Chaque membre recevait une paye.

« Pascal Facchino reconnaît qu’il opère et fait partie d’un réseau de vente de stupéfiants […]. L’organisation dont fait partie M. Facchino fonctionne selon une structure où chacun tient un rôle précis, dans une volonté commune de générer un profit pour leur organisation », peut-on lire dans le précis des faits.

En même temps que le projet Orque, les membres de l’ENRCO ont également arrêté des vendeurs de rue liés à ce réseau dans le cadre d’une autre enquête, baptisée Palmaire. Ceux-ci ont tous plaidé coupable et recevront leur peine dans 10 jours.

L’ENRCO, qui relève de la Sûreté du Québec, a le mandat de s’attaquer aux têtes dirigeantes du crime organisé dans la province.

Depuis la création de l’escouade en 2017, les enquêteurs ont effectué trois enquêtes plus importantes contre les motards, Objection, Oursin et Orque.

Cent huit personnes ont été accusées à l’issue de ces enquêtes, dont 65 qui ont déjà reconnu leur culpabilité ou été reconnues coupable. Parmi celles-ci, on retrouve sept membres des Hells Angels dont cinq ont été condamnés. Les policiers ont également arrêté une demi-douzaine de membres des Red Devils et des Deimos Crew, clubs écoles des Hells Angels.

Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse.