(Ottawa) Un jeune homme de 18 ans a été tué, mercredi matin à Ottawa, dans une fusillade qui a également fait trois blessés dans un appartement qui aurait été loué sur la plateforme Airbnb.

Catherine Lévesque La Presse canadienne

La victime a été identifiée comme étant Manyok Akol, un jeune résidant d’Ottawa.

Au moment des événements, le Service de protection parlementaire a déclenché un avertissement de possible tireur actif dans la capitale fédérale, mais l’inspecteur par intérim au Service de police d’Ottawa, François D’Aoust, a rapidement fait savoir que les tirs étaient ciblés et qu’il n’y avait pas eu de tireur actif à l’extérieur de la scène de crime.

La police d’Ottawa recherche toujours le suspect et n’a toujours pas diffusé de description de l’individu recherché à ce moment-ci.

Les enquêteurs ont également confirmé qu’il n’y a pas d’implications liées à la sécurité nationale dans cette affaire.

Des agents ont été appelés sur la rue Gilmour entre les rues Kent et Lyon vers 7 h 30, mercredi matin, après qu’on eut rapporté plusieurs coups de feu.

Selon ce qu’ont rapporté les services ambulanciers, une personne a été déclarée morte sur les lieux de la fusillade, alors que trois autres ont été hospitalisées pour de graves blessures par balles. Les trois victimes blessées, toutes de sexe masculin, sont âgées de 15, 19 et 20 ans, a précisé le service de police.

Casey Griffiths, une voisine, dit qu’elle a entendu des cris plus tôt mercredi matin, mais que « ça arrive assez souvent » dans le coin.

Quelques minutes plus tard, elle dit avoir aperçu trois individus gravement blessés sur des civières, mais dit que ces personnes ne lui sont pas familières.

« J’habite ici depuis quatre ans et aucune des personnes sur les civières n’était mon voisin », a déclaré Mme Griffiths, qui ajoute qu’elle connaît assez bien son voisinage.

Elle soupçonne que l’endroit où la fusillade a eu lieu était un Airbnb. Une hypothèse corroborée par un autre voisin, Mark Ignatiev.

Ce n’est pas la première fois qu’il y a une fusillade sur le tronçon de cette rue. La police a aussi été appelée en mai dernier pour des coups de feu.

Malgré tout, les résidants assurent qu’ils se sentent en sécurité.

« En fait, c’est un bon quartier. Je ne me suis jamais senti en danger », précise John Kowalski, qui habite la rue d’à côté depuis 12 ans.

Le maire d’Ottawa Jim Watson a encouragé tous ceux qui ont des renseignements pertinents à les partager avec la police d’Ottawa ou Échec au crime.

Le lieu de la fusillade est à une dizaine de rues au sud de la colline du Parlement.