La police provinciale de l’Ontario (OPP) a annoncé avoir démantelé un réseau de paris sportifs liés aux Hells Angels et dont les responsables ont été observés au Québec durant l’enquête.

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

L’investigation, baptisée Hobart, a duré près de deux ans, et a été lancée à la suite d’une série de tentatives de meurtres, de fusillades, d’agressions, d’incendies criminels et d’événements d’extorsion survenus en Ontario et au Québec.

« Il y a assurément eu un conflit entre deux groupes », a confirmé à La Presse le sergent d’état-major Anthony Renton de l’OPP, sans pouvoir préciser si la dispute opposait les motards d’un côté, et un clan de la mafia ontarienne de l’autre.

PHOTO COURTOISIE

Une veste saisie par l'OPP.

Les responsables de l’enquête ont annoncé avoir arrêté 28 individus, dont les présumés responsables du réseau, trois membres en règle des Hells Angels et un aspirant. La police établit un lien entre ce réseau et celui de la famille Figliomeni de la mafia ontarienne, durement frappée par une enquête contre les paris illégaux menée par la police de York plus tôt cette année.

Le chef présumé du réseau de paris sportifs et membre des Hells Angels, Rob Barletta, a été vu à Montréal et au Québec à quelques reprises durant l’enquête, où il a été filé par les enquêteurs de la Sûreté du Québec, à la demande de l’OPP.

Un quatrième membre des Hells Angels a été ciblé dans l’enquête : Michael Deabaitua-Schulde. Mais celui-ci a été assassiné alors qu’il sortait d’un centre de conditionnement physique, à Mississauga en mars dernier. Selon nos informations, les enquêteurs de l’OPP filaient ce dernier lorsqu’il a été tué, ce qui expliquerait pourquoi les suspects, des résidents de Montréal, ont été arrêtés très rapidement après le crime. Mais le sergent d’état-major n’a pas voulu confirmer cette information.

Parmi les 28 suspects appréhendés, on retrouve un Québécois, un résident d’Oka, au nord de Montréal. L’OPP n’a pas voulu donner plus de détails sur le rôle qu’il aurait joué dans toute cette affaire, mais selon nos informations, il aurait été l’un des responsables d’un serveur utilisé par l’organisation et qui aurait été installé dans le secteur du territoire amérindien de Kanesatake.

PHOTO COURTOISIE

Quelque 21 armes à feu ont été saisies.

D’après la police, le réseau aurait dirigé cinq sites web de paris sportifs et réalisé des revenus de 13 millions de dollars de janvier à juillet dernier seulement. La police croit que le réseau fonctionnait depuis cinq ans et aurait réalisé des revenus anticipés d’au moins 131 millions durant cette période.

Durant l’enquête, les policiers ont notamment saisi 21 armes à feu dont neuf armes de poing illégales, 1,7 million en argent, 18 véhicules, des vestes et des bijoux à l’effigie des Hells Angels, des lingots d’or et d’argent évalués à plus de 320 000 $, des bijoux d’une valeur de plus de 300 000 $, sept résidences principales et deux résidences secondaires, d’une valeur de plus de 8 m$.

PHOTO COURTOISIE

Les policiers ont notamment saisi neuf armes de poing illégales.

Les 28 individus feront face à 228 accusations de gangstérisme, de blanchiment d’argent, d’évasion fiscale, de bookmaking et de possession illégale d’une arme à feu.

L’Agence du revenu du Canada a annoncé que les suspects devront verser des taxes sur les revenus anticipés.

Le sergent d’état-major Renton affirme que l’enquête se poursuit.

***

Pour joindre Daniel Renaud, composez le (514) 285-7000, poste 4918, écrivez à
drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse.