Moins d’une semaine après l’homicide conjugal de Pointe-aux-Trembles, dans lequel Dahia Khellaf et ses deux enfants ont perdu la vie, une femme qui a échappé de très peu à une tragédie semblable dimanche lance un cri du cœur à l’endroit du système de justice qui, déplore-t-elle, n’a pas été en mesure de protéger sa famille d’un ex-conjoint violent.

Katia Gagnon Katia Gagnon
La Presse

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

« Et c’est là qu’il m’a dit : “Guy Turcotte, c’est mon idole.” »

Nous sommes quelque part à Montréal, dimanche dernier. L’homme qui profère ces paroles a un couteau à la main. Depuis plus de deux heures, il tient captives son ex-femme, K.G., et leur petite fille de 2 ans.

Pour entrer chez elle, il est resté tapi, possiblement pendant des heures, dans la cage d’escalier. Il a profité d’un bref moment où son ex-femme est descendue au garage pour entrer chez elle et se cacher dans un placard.

J’étais descendue au garage pour chercher des cadeaux à emballer. Je suis remontée, j’ai pris un stylo pour écrire les cartes de vœux. Je suis entrée dans ma chambre. Et c’est là qu’il est sorti du garde-robe, avec un couteau dans les mains.

K.G.

Son ex-mari s’est assuré que leur fille était devant la télé et a jeté K.G. sur le lit pour l’agresser sexuellement. « Il m’a dit : “si tu bouges, je la tue, je te tue et je me tue moi aussi. Je veux que tu sois la dernière dans ma vie et que je sois le dernier dans la tienne.” »

Après l’avoir agressée, il a confiné K.G. et sa fille dans la chambre et la salle de bains attenante. Il a ouvert son sac et a montré une corde à son ex-femme. « J’ai gardé mon calme. Il fallait que je protège ma fille. C’était mon seul but, raconte-t-elle en entrevue. Il préparait sa corde. Ma fille jouait avec la corde. Elle pensait que c’était un jeu. À un moment, il a essayé la corde sur ma tête. Je n’avais aucune idée si la corde était pour moi ou pour lui. »

Et c’est là que son ex-mari a jeté à K.G. un regard qu’elle ne lui avait jamais vu auparavant. « Là, j’ai paniqué. Ma fille a commencé à paniquer. Elle aussi sentait le danger. »

Son ex-conjoint finit par sortir de la chambre, et K.G. entend finalement le bruit d’une chaise qui tombe. Craignant le piège, elle hésite à sortir de la salle de bains, mais réussit à attraper un téléphone pour composer le 9-1-1.

Son ex-mari s’est pendu dans le placard. Il faudra de longues minutes aux ambulanciers pour convaincre la mère et la fille, toujours prostrées dans la salle de bains, qu’elles sont en sécurité et peuvent en sortir.

L’ex-mari de K.G. est hospitalisé et, selon nos informations, son état est critique.

Des conditions blindées… et non respectées

Le pire dans cette histoire tragique, rendue publique pour la première fois sur les ondes de Cogeco mardi matin, c’est que K.G. a l’impression d’avoir utilisé toutes les ressources du système judiciaire pour se protéger de son ex-mari.

Le couple se forme en juillet 2016. La violence conjugale commence six mois plus tard. « C’était à chaque fois qu’il buvait. Il était jaloux de tout le monde. » Après leur séparation, en août dernier, elle porte plainte une première fois pour menaces de mort.

L’homme est arrêté, des accusations sont déposées, il a des conditions à respecter, dont celle de ne pas contacter son ex-conjointe. Moins d’un mois plus tard, un second incident survient. « Il m’a suivie au centre d’achats. Il a brisé ses conditions. »

Elle porte donc plainte de nouveau. D’autres accusations sont déposées. Tout cela se traduit au final par une condamnation et une peine de prison. L’homme passe 43 jours en prison et en sort le 26 novembre dernier. Il a une imposante liste de conditions à respecter, dont celles de ne pas se trouver à moins de 500 mètres du lieu de travail ou d’études de K.G., ou de la garderie de sa fille. Il lui est absolument interdit d’entrer en contact avec elles de quelque façon que ce soit.

Il y a une policière qui m’a dit : “Je n’ai jamais vu une liste de conditions aussi blindée.”

K.G.

Après la sentence de son ex-mari, K.G. appelle la police à plusieurs reprises. De la prison, elle a reçu des appels de son ex-conjoint. Après sa sortie, il a contacté des amis communs pour passer des messages. Il écrit sur Facebook qu’il veut passer Noël avec sa famille. « La police m’a dit : “On ne peut rien faire, c’est son journal sur Facebook, ce ne sont pas des menaces.” »

Samedi dernier, son ex-mari a une visite supervisée avec sa fille. Sur Facebook, il partage une photo de sa fille. « Enfin nos retrouvailles après 112 jours pénibles loin l’un de l’autre », écrit-il. Il publie aussi une vidéo où on voit l’enfant déballer un cadeau.

Le lendemain, il menace sa fille et son ex-femme à la pointe d’un couteau.

Lundi, après cet événement traumatique, K.G. publie sur son propre compte Facebook un véritable cri du cœur destiné au premier ministre Justin Trudeau. « Pouvez-vous agir en termes de prévention pour éviter ces drames ? Ajustez le système judiciaire et policier ! écrit-elle. Ma fille et moi avons survécu, et ce ne sont pas les conditions blindées qui nous ont protégées ! Est-ce que ces conditions blindées m’ont protégée, hier, quand il était caché dans mon garde-robe avec un couteau entre les mains ? »

K.G. a déménagé deux fois depuis sa séparation, en comptant un séjour en maison d’hébergement. Son employeur a accepté de changer son lieu de travail. Sa fille a changé trois fois de garderie. Et maintenant, elle devra déménager de nouveau, car elle est incapable de continuer à vivre dans cet appartement.

Le système judiciaire n’est pas fait pour nous, les femmes. Il est fait pour les criminels. J’ai l’impression que j’ai fait tout ça pour rien. Je ne vois pas le bout du tunnel. Je ne vois pas la liberté.

K.G.

4000 dossiers de violence conjugale à Montréal

Cette histoire terrible, qui a littéralement bouleversé les intervenantes et les procureurs au dossier, vient de nouveau braquer les projecteurs sur le traitement des dossiers de violence conjugale par le système judiciaire.

« Lorsque plusieurs drapeaux rouges sont levés, une avenue serait peut-être de créer une cellule de crise homicidaire dans laquelle l’ensemble des partenaires impliqués au dossier travailleraient en collaboration : les intervenants, les policiers, les procureurs, mais certainement aussi les services correctionnels lorsqu’il y a détention », croit Claudine Simon, criminologue à Côté Cour, un organisme qui assure depuis plus de 20 ans le suivi de chaque dossier de violence conjugale à Montréal.

Le cas de Dahia Khellaf, qui a perdu la vie avec ses deux enfants à Pointe-aux-Trembles la semaine dernière, avait déjà soulevé un questionnement sur le fameux article 810 du Code criminel, qui instaure l’obligation de garder la paix, et peut donc mener à une interdiction de contact dans les cas de violence conjugale. Un tel interdit de contact est souvent mis en place lorsque la victime choisit d’abandonner les accusations contre son conjoint, et c’était le cas de Mme Khellaf, selon nos informations.

Un certain nombre de victimes de violence conjugale optent pour le retrait des accusations, à un stade ou un autre des procédures judiciaires. Selon les chiffres du ministère de la Justice du Québec, sur les 23 000 chefs d’accusation déposés dans le cours de l’année 2019 dans des situations de violence conjugale, 2300 ont été retirés à la demande du poursuivant.

« On ne peut pas forcer une victime à aller de l’avant malgré elle dans le processus judiciaire si ce n’est pas ce qu’elle désire, explique Me Hélène Décarie, qui fait partie de l’équipe de 11 procureurs vouée aux cas de violence conjugale au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP). Dans ce cas, on essaie de mettre en place un filet de sécurité. Et le 810 en fait partie. Le 810 crée un soulagement pour les victimes, parce qu’elles veulent dénoncer, mais vivent beaucoup de culpabilité. Ça permet de faire retomber la poussière avec un certain filet de sécurité. »

Uniquement dans le district de Montréal, on parle de 4016 dossiers ouverts en matière de violence conjugale en 2018, selon les chiffres du DPCP.

Avec l’organisme Côté Cour, on a mis en place à Montréal un système où les victimes d’actes de violence conjugale sont suivies pas à pas dans le système judiciaire. Les femmes sont suivies dans toutes leurs démarches par la même intervenante et le même procureur. « La sécurité des victimes est vraiment au cœur de nos préoccupations. Pour nous, c’est primordial », dit Me Décarie.

« On peut nommer les inquiétudes, mais si la victime ne veut pas réagir, on ne peut rien faire. Lorsque les femmes ne veulent pas témoigner à la cour, le 810 peut être une bonne approche pour laisser passer un temps. La pensée magique de dire, sans 810, madame viendrait témoigner à la cour, c’est une illusion », explique Claudine Simon. Mais les femmes victimes de violence conjugale ont souvent tendance à minimiser les risques, et ça, c’est le cœur du problème, estime-t-elle.

« C’est très difficile d’imaginer que l’homme avec qui tu vis depuis 15 ans va te tuer. »

— Avec la collaboration de Louis-Samuel Perron, La Presse

Un organisme qui peine à survivre

La Maison Kangourou, qui offre depuis 2011 un service d’hébergement d’urgence pour les enfants, dont plusieurs se retrouvent dans des situations de violence conjugale, peine à survivre depuis un dégât d’eau majeur survenu en janvier 2018. La grande maison, rue Sherbrooke, qui permettait d’accueillir pas moins de 7300 enfants par an doit subir des rénovations majeures. Or, l’organisme, qui propose entre-temps des formules alternatives à sa clientèle, ne bénéficie d’aucune subvention gouvernementale. On a fait des collectes de fonds et on a lancé un appel d’urgence au gouvernement du Québec. « Quand Guy Turcotte a tué ses enfants, on a fait tout un rapport sur les meurtres intra-familiaux. Ce rapport-là est tabletté. Or, il disait que ça prenait des ressources d’urgence, ouvertes 24 heures, pour aider les familles. Exactement comme la nôtre ! Nous sommes au cœur de la détresse familiale », plaide Josée Fortin, qui dirige l’organisme.

Besoin d’aide ?

Si vous êtes victime de violence conjugale et cherchez aide et répit, contactez SOS Violence conjugale au 1 800 363-9010. Des intervenants y sont disponibles 24 heures sur 24, sept jours sur sept.

Si vous avez besoin de soutien, si vous avez des idées suicidaires ou si vous êtes inquiet pour un de vos proches, contactez le 1 866 APPELLE (1 866 277-3553). Un intervenant en prévention du suicide est disponible pour vous 24 heures sur 24, sept jours sur sept.