(Longueuil) L’ancien policier de Montréal et ex-entraîneur de hockey mineur à Greenfield Park François Lamarre, qui a été arrêté au début du mois pour de nombreux soupçons de crimes à caractère sexuel impliquant des garçons d’âge mineur, aurait fait 16 nouvelles victimes selon ce que rapporte lundi le Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL).

La Presse canadienne

La police soutient que ces 16 victimes potentielles ont été identifiées grâce à la médiatisation du dossier du pédophile, 27 nouveaux appels ayant été reçus jusqu’à maintenant en provenance du Québec, de l’Ontario, de l’Alberta, de la Colombie-Britannique et des États-Unis. Toutes ces personnes seront rencontrées au cours des prochaines semaines par les enquêteurs du SPAL qui demeure à le recherche d’autres victimes.

François Lamarre, qui réside à Greenfield Park depuis près de 50 ans, a été entraîneur de hockey mineur dans cette ville dans les années 1970 et 1980 ; on le surnommait « Frank ».

De 1972 à 1997, il aurait commis divers crimes à caractère sexuel à l’endroit de quatre garçons âgés de neuf à 16 ans. Il était âgé d’entre 24 et 49 ans à l’époque et a habité dans les rues Springfield et Campbell. Il changeait souvent de véhicule, mais les enquêteurs savent qu’il a déjà conduit des voitures des marques Ford et Cadillac.

François Lamarre est accusé de grossière indécence, d’attentat à la pudeur, d’agression sexuelle, d’avoir touché une partie du corps d’une personne de moins de 14 ans à des fins sexuelles et d’avoir invité, engagé ou incité une personne de moins de 14 ans à le toucher à des fins sexuelles.

La police précise que les infractions auraient notamment été commises chez lui à Greenfield Park, dans son véhicule ou dans des arénas.

Le conseiller d’arrondissement de Greenfield Park à la Ville de Longueuil, Wade Wilson, a publié une déclaration pour informer qu’il figurait parmi les victimes de François Lamarre qui a pris sa retraite de la police de Montréal en 1994.

Après son arrestation le 4 décembre, François Lamarre a été remis en liberté avec plusieurs conditions à respecter en attente de son procès.