(Québec) Le présumé pirate des stars aurait pris le contrôle du téléphone cellulaire de certaines vedettes « pour s’amuser » et parce qu’il « tripait » sur elles, selon le témoignage d’une présumée victime.

Gabriel Béland Gabriel Béland
La Presse

« Selon la police, il tripait sur Véronique et moi, c’était pour se divertir », a expliqué en entrevue la sommelière Jessica Harnois.

Mme Harnois ferait partie, avec Véronique Cloutier et Louis Morissette, des victimes de Pascal Desgagnés. Le conseiller informatique de 45 ans a comparu jeudi au palais de justice de Québec, avant d’être relâché sous promesse de respecter de nombreuses conditions.

Plusieurs institutions sont sur le qui-vive, puisque le consultant a travaillé pour elles dans le passé. Pascal Desgagnés a notamment œuvré pour Desjardins, l’Assemblée nationale et Revenu Québec.

« Je peux vous assurer que les informations auxquelles M. Desgagnés, en tant que consultant pour Desjardins, avait accès ne permettent pas de pirater des cellulaires », avance Chantal Corbeil, porte-parole au Mouvement Desjardins.

L’homme de Québec a aussi travaillé en tant que consultant externe de l’Assemblée nationale. « Il avait une carte d’accès de l’Assemblée nationale. Ses accès lui ont été retirés dès que nous avons été mis au courant de la situation, hier », explique Julie Champagne, conseillère en communication et relations médias à l’Assemblée nationale.

« J’étais hackée »

Le père de famille s’est présenté au palais de justice bien habillé et frais rasé. Il fait face à sept chefs d’accusation, dont utilisation non autorisée d’ordinateur, vol d’identité, fraude à l’identité, méfait à l’égard de données informatiques.

Le consultant informatique de Québec, qui n’a pas d’antécédents judiciaires, devra respecter plusieurs conditions. Il aura un accès très limité à l’internet. Il lui sera aussi interdit d’entrer en contact avec 32 personnes.

Ces 32 individus ont été identifiés par leurs initiales afin de « protéger leur vie privée », a expliqué Dana Cernacek, procureure aux poursuites criminelles et pénales. La Couronne n’a pas voulu confirmer s’il s’agissait toutes de ses victimes.

Notons que parmi la liste de noms se trouvent « V. C. » et « L. M. », ce qui concorde avec les noms de Véronique Cloutier et de Louis Morissette. On retrouve aussi les initiales de Jessica Harnois.

La sommelière raconte qu’elle a eu la puce à l’oreille il y a environ un an et demi, le jour où son téléphone s’est mis à exiger sans cesse qu’elle entre ses mots de passe. Elle devait s’enregistrer tout le temps. « Il avait un screen grabber pour voir les mots de passe qu’on entrait », selon elle.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Jessica Harnois

Des choses bizarres sont même apparues sur le système de stockage infonuagique – un cloud – de son téléphone. « La police m’a confirmé que j’étais hackée », explique Mme Harnois. « Il s’amusait. C’était comme des mots croisés pour lui. »

Mme Harnois explique vouloir raconter son histoire pour sensibiliser les Québécois aux risques du piratage informatique. « Tout ce que tu fais sur ton téléphone, il faut que tu en sois fière, que tu l’assumes. C’est ce que je dis à ma fille. »

« On est à la veille de 2020, on se promène avec un GPS dans le téléphone, une caméra, ce serait naïf de penser qu’on n’est pas vus, dit-elle. Il ne faut pas être paranoïaque, il faut juste bien savoir se protéger. »

De retour le 31 mars

En plus des conditions strictes, Pascal Desgagnés a dû s’engager pour une somme de 5000 $. L’homme n’a pas fait de commentaires au palais de justice, pas plus que son avocate.

M. Desgagné sera de retour devant le tribunal le 31 mars prochain. La défense a demandé plusieurs mois pour analyser la preuve, qui s’annonce volumineuse.

Selon le mandat d’arrêt, le suspect « s’est frauduleusement fait passer pour des personnes vivantes, avec l’intention d’obtenir un avantage pour lui-même ». Les faits se seraient déroulés sur une période d’un peu plus de cinq ans, soit entre le 13 décembre 2013 et le 21 janvier 2019.

Selon le Code criminel, Pascal Desgagnés est passible de 10 ans de prison s’il est jugé coupable.