(Montréal) Les membres du syndicat qui représente les 120 juristes de Montréal déclenchent la grève pour une première journée mercredi.

La Presse canadienne

Ils érigeront en journée des piquets de grève devant l’immeuble de la cour municipale de Montréal dans le but de faire comprendre à l’employeur qu’un rattrapage salarial avec les procureurs provinciaux est essentiel.

Le 28 novembre dernier, les juristes ont voté à 99 % en faveur d’un mandat de grève.

Le Syndicat des employés professionnels et de bureau affilié à la FTQ qui les représente soutient que les négociations achoppent depuis plusieurs mois, notamment sur les salaires. Les syndiqués aspirent à un rattrapage salarial de 3,6 % avec les procureurs provinciaux et une indexation des salaires raisonnable.

Jean-Nicolas Loiselle, président du syndicat des juristes de Montréal, signale que le travail de ses membres est équivalent à celui des procureurs et juristes provinciaux et que leur expertise est la même. Il ne voit donc pas pourquoi un salaire moindre devrait être accepté.

Une médiatrice a été nommée à ce dossier par le ministère du Travail il y a deux semaines.

Les juristes sont soumis aux dispositions sur les services essentiels ; certains services qu’ils rendent doivent donc être maintenus mercredi.

D’autres journées de grève sont à prévoir, selon le syndicat.