L’intrusion de plusieurs hommes masqués du groupe d’extrême droite Atalante dans les locaux de l’ancien média montréalais VICE en 2018 était une « tentative d’intimidation » qui avait pour but de le « faire taire », a martelé lundi le journaliste Simon Coutu au procès pour intimidation et harcèlement de Raphaël Lévesque.

Louis-Samuel Perron Louis-Samuel Perron
La Presse

Le journaliste a livré un vibrant plaidoyer envers la protection des salles de rédaction, un lieu « sacré » ébranlé par l’attentat de Charlie Hebdo en 2015. Selon lui, Raphaël Lévesque a « franchi une ligne » en entrant avec des « fiers-à-bras » masqués dans la salle de rédaction. « C’est important de protéger cet endroit-là », a plaidé le témoin de la Couronne.

Raphaël Lévesque, originaire de Québec, est accusé d’introduction par effraction, de méfaits et de harcèlement criminel à l’égard du journaliste Simon Coutu et d’autres employés de VICE Québec. L’homme de 36 ans est également accusé d’avoir intimidé Simon Coutu pour le forcer à s’abstenir de « couvrir les activités du groupe Atalante Québec ». Ce dernier avait publié plusieurs reportages sur l’extrême droite dans les semaines précédentes.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Simon Coutu

Sept hommes masqués et Raphaël Lévesque sont entrés dans les locaux de VICE Québec le 23 mai 2018. L’accusé s’est approché de Simon Coutu et lui a remis le « Prix poubelle 2018 ». Les intrus ne sont restés qu’une minute et sont partis en se photographiant devant le logo de VICE Québec – qui a fermé ses portes en juin dernier.

« Les gens étaient shakés. Ça a fait l’effet d’une tornade qui rentrait dans les bureaux. […] Je me sentais encerclé. Sa présence et celle de gens masqués étaient menaçantes », a relaté Simon Coutu, maintenant journaliste à Radio-Canada. « [M. Lévesque] était souriant », a toutefois soulevé l’avocat de la défense Me Mathieu Corbo en contre-interrogatoire, en insistant sur la remise du prix.

Selon le témoin, remettre un prix sans invitation dans un bureau de presse constitue une « tentative d’intimidation ». « Ça veut dire : “On t’a eu, on ne te parle pas, on te checke.” Ce n’est pas un prix comme les autres. C’est un paquet de botchs dans un trophée ! », a témoigné Simon Coutu.

« Extrême droite »

Malgré les évènements de mai 2018, Simon Coutu a continué d’écrire sur l’extrême droite et a tenté de joindre Raphaël Lévesque dans les semaines suivantes, notamment avec une fausse identité, a relevé Me Corbo.

« C’était important de le faire. […] Je comprenais qu’ils n’aimaient pas mon article et ils ont décidé de régler ça à leur façon en me visitant et m’intimidant au bureau. Ce n’est pas comme ça qu’on va nous arrêter, les journalistes, à écrire », a témoigné Simon Coutu. Selon le journaliste, le groupe Atalante est un groupe néo-fasciste qui tente de se faire passer pour un groupe communautaire « acceptable ».

Le procureur de la Couronne Me Jimmy Simard a plaidé lundi que Raphaël Lévesque avait agi « à titre de chef d’Atalante ». « L’accusé, ce n’est pas Jean-René Dufort qui est allé faire un stunt ! C’est un groupe associé à l’extrême droite », a lancé Me Simard. Selon l’avocat de la défense, Atalante est plutôt un groupe « apolitique ».

Le témoignage de Simon Coutu a été rapidement interrompu par un débat de droit central à la cause. Pour démontrer que le plaignant avait des motifs raisonnables de se sentir intimidé par l’accusé, la Couronne veut évoquer les antécédents criminels de l’accusé, la vision politique du groupe Atalante et les paroles violentes du groupe de musique Légitime Violence, dont l’accusé est le chanteur.

«Ces petits gauchistes efféminés qui se permettent de nous critiquer n’oseront jamais nous affronter. On va tous les poignarder», chante notamment Légitime Violence.

«Ce sont des paroles explicites», soutient Me Simard. Selon lui, le groupe de musique et Atalante sont «intimement liés». La juge Roy n’a toutefois pas été convaincue par les arguments de la poursuite. «Si je suis votre raisonnement, si Jack Nicholson se présente à l’hôtel. Il a joué dans des films violents de Scorsese. J’ai plus de raison de craindre qu’il m’attaque parce qu’il a joué dans des films avec des scénarios écrits», a-t-elle suggéré.

REUTERS

Jack Nicholson interprète un gangster dans The Departed (2006) de Martin Scorsese.

«Jack Nicholson n’a pas fait de films politiques. Ces films n’avaient pas de messages politiques. Il s’agit d’art. Alors que le groupe Légitime Violence, c’est tout à fait différent, c’est un groupe qui a des paroles politiques, qui est impliqué politiquement. Légitime Violence projette des messages», a rétorqué le procureur de la Couronne.

La juge Roy a finalement refusé d’admettre en preuve les paroles de la chanson et a réclamé un débat plus approfondi sur l’admissibilité de pans complets de la preuve de la Couronne. Le ton a parfois monté pendant les discussions entre la Couronne et la juge. «Me Simard, c’est moi qui parle! Je suis excédée!», a tempêté la juge Roy pendant le débat.

Le procès se poursuit mardi au palais de justice de Montréal.