En réponse aux fusillades qui se sont multipliées à Montréal au cours des dernières semaines, le SPVM a annoncé hier la création d'une escouade spéciale pour lutter contre les crimes violents commis par armes à feu.

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

Depuis le début de l’année, 63 évènements avec coups de feu tirés sans victime, tentatives de meurtre et meurtres par balles sont survenus à Montréal, selon une compilation des incidents médiatisés faite par La Presse.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) se fait rassurant et affirme, chiffres à l’appui, que ces évènements sont à peu près aussi nombreux que par les années précédentes. Mais il n’en demeure pas moins qu’il y a une tendance à la hausse depuis le 1er septembre, alors que 30 de ces 63 crimes ont été commis durant les trois derniers mois et la dernière semaine, 22 depuis le 1er octobre et cinq depuis le début de décembre, une moyenne d’un par jour pour ce mois-ci.

Trois jeunes hommes ont été tués durant cette vague automnale qui secoue principalement le nord-est de Montréal, un autre pourrait mourir, et des hommes et des femmes ont été blessés. Selon des sources, certaines de ces victimes ne sont pas les individus qui étaient ciblés dans les attaques.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Un homme dans la vingtaine a été victime d’une tentative de meurtre par balle lundi soir dans l’arrondissement de Rivières-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, à Montréal.

Le bilan aurait pu être beaucoup plus lourd dans certains évènements, comme celui durant lequel trois suspects ont ouvert la porte d’un bistrot du boulevard Robert le 11 octobre et tiré vers des clients, qui ont trouvé refuge sous les tables – les images tournées par une caméra de surveillance sont saisissantes – ou cette fusillade au volant (drive-by shooting) survenue à l’occasion d’une fête prénatale la fin de semaine dernière.

Démantèlement des escouades Gangs de rue

Selon nos informations, certains de ces évènements constituent des ripostes et des représailles, et auraient comme trame de fond des conflits entre individus ou cliques au sein d’une même allégeance rouge. 

Une clique est un sous-groupe d’un gang, de rue ou autre, composé d’individus plus jeunes, moins structurés et disciplinés que leurs frères plus vieux. 

Même des individus influents du crime organisé et des gangs, dont certains sont actuellement en prison, n’auraient peut-être pas nécessairement d’ascendant sur ces cliques.

Il y a, depuis un an ou deux, une tendance chez les responsables de la police à ne plus utiliser les mots « gangs de rue », et même d’avancer que ceux-ci n’existent plus, parce que nombre de leurs membres travaillent maintenant main dans la main avec les mafieux ou les motards, où font des contrats pour eux, et sont dispersés dans la mosaïque du crime organisé montréalais.

Il y a trois ans, la direction du SPVM a démantelé les escouades Gangs de rue affectées à chacune des quatre régions de l’île pour créer des sections Crime de violence. Cette année, celles-ci ont été remplacées par des sections Stupéfiants, qui relèvent de la Division du crime organisé et dont le mandat des enquêteurs est de s’attaquer principalement au trafic de drogue.

Cela a eu pour effet de diminuer dans les régions le nombre de spécialistes des gangs de rue, rompus au contrôle de sources, filatures, perquisitions et entrées dynamiques, et de disperser les autres dans le service.

À moins qu’il y ait mort d’homme, les enquêtes sur les évènements de coups de feu dans les régions sont maintenant effectuées par les enquêteurs des crimes généraux, qui en ont déjà plein les bottes avec tous les dossiers qu’ils doivent traiter, de la détention aux violences conjugales. 

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Des coups de feu ont été tirés dans l'arrondissement Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension le 30 octobre dernier.

De plus, ces enquêteurs se heurtent souvent à des témoins et même à des victimes qui refusent de collaborer et doivent donc se tourner vers d’autres moyens, telles les vidéos des caméras de surveillance, ce qui augmente le niveau de complexité.

Les escouades Stupéfiants dans les régions ne font pas dans les armes à feu, du moins pour le moment, nous a-t-on dit.

De plus, l’enquête interne Escouade-Affaire Lagacé, menée en 2016, à l’issue de laquelle des policiers du SPVM ont été arrêtés et accusés en lien avec des lacunes dans le contrôle de leurs sources – avant de bénéficier d’un arrêt du processus judiciaire –, aurait refroidi beaucoup de leurs collègues, qui ne veulent plus d’informateurs, « surtout quand c’est compliqué », nous a-t-on dit.

« Les infos de source, par exemple au sujet d’une arme en circulation, c’est un crime latent. Mais, lorsque tu as un crime latent, une tentative de meurtre et une violence conjugale dans ta pile sur ton bureau, laquelle vas-tu privilégier ? », a vulgarisé un policier, sous le couvert de l’anonymat.

Profilage criminel contre profilage racial

Le président de la Fraternité des policiers et policières de Montréal, Yves Francoeur, ne s’en cache pas : il craint que les violences quasi quotidiennes qui frappent Toronto gagnent également Montréal. 

Il montre notamment du doigt la diminution du nombre d’interpellations qui aurait dramatiquement chuté dans la Ville Reine, en raison de nouvelles règles sévères.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Yves Francoeur, président de la Fraternité des policiers et policières de Montréal

Toujours cette question d’équilibre entre le profilage criminel et le profilage racial. En attendant, à Montréal, on nous dit que des enquêteurs préfèrent ne plus interpeller, pour ne pas avoir de problèmes. Il y aurait également ces nouvelles fiches d’interpellations, plus longues à remplir.

Pas d’interpellation, pas d’enquête. Pas d’enquête, pas de stupéfiants trouvés. Pas de stupéfiants trouvés, pas de perquisition dans la voiture ou ailleurs. Pas de perquisition, pas d’arme retrouvée, a expliqué un enquêteur.

Un jeune homme a été tué le 24 octobre. Un autre lors d’une fête prénatale samedi soir et un troisième, mercredi, dans une chambre d’hôtel du centre-ville. Les enquêteurs des Crimes majeurs se penchent sur ces crimes, avec toutes leurs ressources. Les enquêteurs de la Division du crime organisé ont également été mis à contribution. Mais le statu quo ne peut continuer.

Même si devant les tribunaux, on demande aux témoins policiers d’employer l’expression langage urbain plutôt que langage de rue, pour ne pas teinter le processus judiciaire, les cliques, qui constituent les embryons des gangs de rue, existent toujours, et semblent même vouloir avoir leur part du gâteau.

Il faut s’attaquer à la source du problème, la prolifération des armes de poing illégales en circulation, qui seraient faciles à obtenir et qui se retrouvent entre les mains d’individus souvent très jeunes.

Le SPVM a confirmé hier soir à La Presse qu’il affectera une vingtaine d’enquêteurs des Crimes majeurs, de la Division du crime organisé et du Renseignement exclusivement à la lutte aux crimes avec utilisation d’une arme à feu.

Pour le moment, il n’est pas encore question de la création d’une escouade Armes et gangs (Guns and Gangs) financée par Ottawa, comme cela existe en Ontario, mais ce serait peut-être là l’occasion de rassembler de nouveau les enquêteurs spécialisés dans la lutte contre les gangs de rue.

D’innocences victimes ont déjà été tuées ou blessées dans cette vague de violence, sans compter les familles éplorées qui ont perdu un être cher.

Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse