Alors que le suspect impliqué dans le cas extrême de rage au volant survenu lundi dans le secteur de Saint-Léonard est toujours au large, les collègues de la victime peinent à se remettre de leurs émotions.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

La victime a été blessée par balle et travaille pour l’entreprise Monsieur Livre-Tout, située à Saint-Jean-sur-Richelieu, depuis trois semaines. Selon ses collègues et son patron, il caresse le rêve de devenir camionneur. C’est un jeune homme motivé, confirme Daniel Gagnon, propriétaire de Monsieur Livre-Tout, à La Presse. Il est de nature très calme et n’est pas du genre à perpétuer un conflit, selon ses collègues. Il avait beaucoup de marchandises et devait accomplir plusieurs livraisons cette journée-là.

« Le choc, c’est que ce sont les nouvelles qui nous l’ont appris. On ignorait que quelque chose était arrivé à notre livreur. Depuis, le téléphone ne cesse pas de sonner. On n'a pas eu le temps de reprendre notre souffle », soupire Émilie Gohier, répartitrice chez Monsieur Livre-Tout.

LA PRESSE PHOTO PATRICK SANFACO

Émilie Gohier, répartitrice chez Monsieur Livre-Tout.

Lundi, le père d’un autre livreur a appelé l’établissement, pris de panique. Il pensait que son fils se trouvait entre la vie et la mort sur l’autoroute 40.

La conjointe du blessé a contacté M. Gagnon lundi soir par message texte pour lui donner des nouvelles de son état de santé. L’homme de 23 ans heurté par un projectile se trouve actuellement dans un état stable. Il a pris le temps d’appeler son employeur mardi matin, afin de rassurer tout le monde. « Je le vois chaque jour, matin et soir. C’est sûr que c’est choquant », poursuit Mme Gohier. Quand les employés de l’établissement ont été alertés de l’événement, ils se sont aussitôt mis à guetter le GPS qui leur indiquait la position de la camionnette.

Hugo Laramée, collègue et connaissance de la victime, se prépare pour sa prochaine livraison. « Ça frappe. Je me sens un peu insécure de savoir que ce que je voyais à la télé aux États-Unis se passe chez nous », dit-il, soulagé que son collègue ait survécu.

Daniel Gagnon récupèrera le véhicule impliqué dans la fusillade mardi après-midi. « Je viens du milieu de la récupération d’automobiles endommagées, mais j’ignore si on va encore l’utiliser. Je ne sais pas si mes autres livreurs voudront conduire cette camionnette, après ce qui s’est passé. »