Deux violentes agressions sexuelles perpétrées par un homme cagoulé dans une maison de transition de l’est de Montréal l’an dernier auraient été élucidées par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Un homme déjà accusé cet été d’avoir enlevé une ado de 12 ans fait face à une pluie d’accusations criminelles pour ces deux agressions sexuelles et l’enlèvement d’un homme.  

Louis-Samuel Perron Louis-Samuel Perron
La Presse

Jean-Pierre Bellemare, 53 ans, a fait l’objet jeudi d’un mandat d’arrestation dans cette affaire d’une rare violence et devrait comparaître vendredi après-midi au palais de justice de Montréal. Il est accusé d’agressions sexuelles en utilisant une fausse arme à feu, de séquestration, de menaces de mort, d’intimidation d’une personne associée au système judiciaire, de voies de fait et d’introduction par effraction.

L’accusé s’en serait pris le 31 juillet 2018 à deux employées d’une maison de transition de l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve qui héberge des détenus en libération conditionnelle. Le criminel endurci aurait agressé sexuellement les deux victimes sous la menace d’une arme à feu. Il aurait ensuite aspergé les victimes avec du poivre de Cayenne avant de s’enfuir.

En mai dernier, Jeunesse au Soleil avait offert 5000 $ pour retrouver le suspect de ces sauvages agressions.

Dans un dossier distinct, Jean-Pierre Bellemare et Jean-Guy Vallières, 55 ans, font face à neuf chefs d’accusation pour l’enlèvement d’un homme à Montréal le 10 septembre 2018. Ils sont accusés d’introduction par effraction, de séquestration, de menaces de mort, de complot, d’enlèvement, d’utilisation d’une fausse arme à feu et de voies de fait.  

Jean-Pierre Bellemare a été arrêté en juin dernier pour l’enlèvement d’une adolescente de 12 ans survenu l’an dernier à Sutton en Estrie. Son présumé complice Jean-Guy Vallières fait aussi face à des accusations dans cette affaire. La jeune fille avait été enlevée le 19 septembre 2018, alors qu’elle attendait l’autobus scolaire. Les ravisseurs auraient demandé une rançon à sa mère qui travaillait dans une banque. L’adolescente a toutefois réussi à s’échapper.

Jean-Pierre Bellemare a une longue feuille de route criminelle. Dans les années 80, il a déjà été arrêté pour l’enlèvement du fils d’un policier à Laval. Il avait alors exigé une rançon de 30 000 $. Il a également déjà purgé une peine de prison aux États-Unis.