Montréal est secouée par un drame familial sans nom : le père d’une jeune famille a tué son fils de 7 ans et sa fille de 5 ans, avant de s’enlever la vie, mardi soir dans Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

Raphaël Pirro Raphaël Pirro
La Presse

Vincent Larouche Vincent Larouche
La Presse

Mardi soir vers 21 h, un appel a été fait au Service de police de Montréal (SPVM) par la mère. Celle-ci venait de pénétrer dans le domicile et de découvrir les corps des victimes. Les patrouilleurs se sont rendus sur place, sur la rue Curatteau près de l’avenue Pierre-De Coubertin, dans le quartier Tétreaultville de Montréal, et ont constaté l’ampleur du crime commis.

Un périmètre de sécurité est resté établi jusqu’aux environs de 8 h 30 mercredi matin. La scène de crime témoignant d’une grande violence et la détresse de la mère ont bouleversé les intervenants d’urgence impliqués dans cette sordide affaire, selon divers témoignages.  

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Un périmètre de sécurité est resté établi jusqu’aux environs de 8 h 30 mercredi matin.

Un homme troublé

L’homme de 40 ans, Jonathan Pomares, vivait des moments de dépression. Sa conjointe et lui étaient en processus de séparation.

Deux voisins questionnés par La Presse se rappellent avoir aperçu des voitures de police près du domicile il y a peu de temps. Le SPVM était intervenu parce que M. Pomares avait fait une tentative de suicide à ce moment-là, selon une source bien au fait de l’enquête. Des recherches ont permis de constater que l’homme n’avait aucun antécédent judiciaire.

Une femme vivant sur la même rue, Annie Lapierre, est venue déposer un petit ourson en peluche sur les marches de la maison. « Ça me touche. Je n’ai pas d’enfants, mais j’ai peine à imaginer ce que la mère peut ressentir », a-t-elle confié à La Presse.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Une voisine est venue déposer un ourson en peluche sur les marches de la maison. 

Un peu plus tard en matinée, une voisine ébranlée est venue déposer d’autres peluches sur les marches. « Je voyais les enfants jouer sur le terrain, avec leur maman et leur papa, a dit Alexandra Rousseau, en tentant de retenir ses larmes. Je ne savais pas qu’il était en détresse à ce point-là. Ça me touche de voir que des gens pas loin sont en détresse. S’ils ont besoin d’aide, qu’ils aillent chercher l’aide nécessaire pour s’en sortir pour ne pas faire d’erreur comme ce qu’il s’est passé hier soir ».

« Je suis venue pour les enfants et la maman, a-t-elle ajouté. Ça va être un long parcours pour elle. On veut lui montrer qu’elle n’est pas toute seule. »

En plus des peluches, Alexandra Rousseau a apporté avec elle un mot, où il est écrit : « Nos prières sont avec vous et votre famille. Bon voyage, les petits anges, et veillez sur votre maman à passer à travers cette épreuve. »

Un autre voisin, qui n’a pas voulu s’identifier, se rappelle avoir vu tout juste la fin de semaine dernière les enfants jouer dehors en compagnie de leur mère. « Ils avaient l’air heureux », a-t-il dit.

Une autopsie devra être menée avant de connaître avec certitude la cause exacte du décès des enfants, indique le SPVM.