Les trois militants du mouvement pour le climat Extinction Rebellion Québec qui se trouvaient dans la structure métallique du pont Jacques-Cartier depuis tôt ce matin ont été arrêtés vers 8 h 15.

Jean-Thomas Léveillé Jean-Thomas Léveillé
La Presse

La circulation, qui avait été complètement interrompue à partir de 7 h 30, y compris pour les piétons et les cyclistes, a repris à 8 h 40.

Les trois militants ont été amenés au quartier général de la Sûreté du Québec (SQ), où ils seront interrogés ; ils pourraient faire face à des accusations de méfait.

Les deux femmes et l’homme avaient entrepris leur ascension de la structure du pont un peu avant 6 h, sur la portion nord de la structure, entraînant un important déploiement des services d’urgences ; dont les groupes d’intervention tactique de la SQ et du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), de même que l’équipe de pompiers-araignée.

Les trois militants, qui ont diffusé une vidéo de leur coup d’éclat en direct sur l’internet, ont brandi une affiche sur laquelle était écrit « Le temps d’écoule, Non TMX, Non GNL », en référence aux projets d’expansion de l’oléoduc Trans Mountain et d’usine de liquéfaction de gaz naturel au Saguenay.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Extinction Rebellion souhaite par ses actions faire pression sur les gouvernements pour qu’ils adoptent des mesures de lutte contre le réchauffement climatique conformes à ce que prône le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

Même si cette action de désobéissance civile a provoqué d’importants bouchons de circulation à l’heure de pointe qui ont causé des maux de tête aux automobilistes, Extinction Rebellion Québec dit avoir agi pour eux, aussi, a expliqué à La Presse l’un de ses porte-parole, François Léger Boyer.

« Ils font ça parce qu’ils s’inquiètent pour leur vie, pour la vie de leurs enfants », dit-il, ajoutant que lorsque quelqu’un est en danger, « la moindre des choses à faire, c’est d’aller le déranger ».

Partout dans le monde

Ce geste d’Extinction Rebellion à Montréal survient au lendemain du coup d’envoi de deux semaines d’actions de désobéissance civile un peu partout dans le monde, dont à Toronto et Halifax, pour dénoncer ce que le mouvement qualifie d’« inaction criminelle » de la part des gouvernements face à la crise climatique.

Une centaine de personnes ont été arrêtées à Londres, où des militants ont voulu bloquer le quartier politique de Westminster et le pont qui fait face à Big Ben, la grande tour du parlement britannique, ont rapporté de nombreux médias.

Près d’une centaine d’arrestations ont aussi été recensées à Amsterdam, aux Pays-Bas, tandis que d’autres actions ont été menées en France, en Afrique du Sud ou encore en Australie.

Extinction Rebellion Québec organise par ailleurs une manifestation qui se veut plus festive à la Place du Canada, au centre-ville de Montréal, à 17 h aujourd’hui.

Congestion sur la Rive-Sud

L’entrée à Montréal est retardée pour les automobilistes provenant de la Rive-Sud.

Les navetteurs ont dû emprunter les autres voies d’accès, causant une congestion légèrement plus importante qu’à l’habitude.

À 8 h 15, par le pont Samuel-De Champlain, les voitures s’étendaient jusqu’à l’autoroute 30.

À l’entrée du pont Victoria, la congestion débute à la route 116.

Pour le pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, c’est tout juste avant l’autoroute 30.

– Avec Raphaël Pirro, La Presse