Dans un rapport déposé cet après-midi lors de la séance du conseil municipal de la Ville de Montréal, le Bureau de l’inspectrice générale de la ville, le BIG, presse les autorités de fermer rapidement le processus d’appel d’offres dans les octrois de contrats pour le remorquage des véhicules accidentés dans les arrondissements.

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

En mai dernier, La Presse a publié des extraits d’une vidéo d’une rencontre entre un individu lié à la mafia montréalaise et des représentants des compagnies de remorquage Météor et Top Speed.

La rencontre, filmée en février 2016 dans un restaurant de Laval, à l’insu de certains participants, a eu lieu au moment où une série d’actes de vandalisme étaient commis dans le milieu du remorquage à Montréal.

Le BIG a reçu plusieurs minutes de la vidéo et amorcé une enquête. Dans son rapport publié aujourd’hui, il juge non fondés les soupçons de liens entre la compagnie Météor et la mafia, et conclut à une tentative de torpillage du nouveau processus d’octroi de contrats pour le remorquage des véhicules accidentés dans treize secteurs de la ville.

Ce nouveau processus a été établi après que le BIG eut publié un rapport en 2017 dans lequel il concluait que l’industrie du remorquage à Montréal était gangrénée par le crime organisé.

Le processus prévoit que les compagnies doivent soumissionner dans des territoires qui les intéressent, remporter un tirage au sort et ensuite réussir une enquête de réputation et de sécurité effectuée par le SPVM.

Mais deux ans après le dépôt du premier rapport du BIG sur le remorquage, des retards affectent le processus d’octroi des contrats dans certains secteurs.

DAVID BOILY, LA PRESSE

Brigitte Bishop

L’inspectrice générale, Me Brigitte Bishop, croit que cela fait en sorte de maintenir la présence de compagnies douteuses dans l’industrie et de permettre à ces dernières de tenter de discréditer le processus d’octroi des contrats.

«L’inspectrice générale est préoccupée par les délais encourus à ce jour dans le processus d’appel d’offres car l’absence d’octroi de contrats d’exclusivité de remorquage maintient du coup un statu quo favorable aux entrepreneurs à la réputation douteuse. Ce dossier atteste de la vigilance particulière et continue qui doit être exercée à l’égard de l’industrie du remorquage afin de s’assurer qu’elle demeure exempte de toute influence du crime organisé», peut-on lire dans le rapport du BIG.

***

Pour joindre Daniel Renaud, composez-le (514) 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse.