Un avion de l’école de pilotage Cargair et une pilote manquent à l’appel, confirme Daniel Adams, directeur de l’exploitation chez Max Aviation-Cargair. L’Aviation royale canadienne (ARC) recherche activement l’appareil disparu soudainement au nord-ouest de Sherbrooke, en Estrie.  

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

« Tous les membres de Cargair sont évidemment sous le choc et toutes nos pensées sont dirigées vers la famille de la pilote » a indiqué le centre de formation en pilotage dans un communiqué. Les activités de l’école sont suspendues à Mirabel jusqu’à nouvel ordre.

Mercredi soir aux alentours de 21 h 30, deux étudiantes de l’école de pilotage Cargair se sont dirigées vers l’aéroport de Sherbrooke à bord de leurs véhicules respectifs. « On les attendait pour 23 h 30, mais un avion manquait à l’appel », raconte Daniel Adams. La pilote arrivée à bon port affirme avoir perdu contact avec sa collègue au cours du trajet, selon M. Adams.  

« C’est trop tôt pour spéculer sur les causes de la disparition de l’avion », a dit le capitaine Graeme Scott, officier des affaires publiques de l’ARC, à La Presse.  

L’avion ne transportait aucun passager au moment du vol, confirme le capitaine Scott.  

« Il est fort probable que l’avion se trouve au sol », ajoute-t-il. Le périmètre de recherches est large, selon lui.    

L’avion Cessna 172 quittait Mirabel pour se diriger à Sherbrooke dans la nuit du 4 septembre et a disparu du radar à environ 37 km au nord-ouest de Sherbrooke.

Un avion Hercules et un hélicoptère Griffon parcourent le territoire à la recherche du véhicule perdu depuis jeudi matin. Un aéronef de Sauvetage et recherche aériens du Québec (SERABEC) et un hélicoptère de la Sureté du Québec (SQ) participent également aux efforts de recherches.