L’individu abattu peu avant minuit jeudi à Boucherville est Ivan Alejandro Silva, a appris La Presse.

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

L’homme de 39 ans a été tué par au moins un projectile d’arme à feu alors qu’il se trouvait sur une moto et roulait sur la rue Lionel-Daunais. Sa mort a été constatée sur place. L’enquête a été amorcée par la police de Longueuil mais a ensuite été transférée à la Sûreté du Québec car l’événement pourrait être relié au crime organisé.

Silva avait été condamné à trois ans et demi de pénitencier en 2015 pour avoir pris part à une sauvage agression au couteau contre un client d’un bar de danseuses de Montréal survenue un an plus tôt.

Durant son enquête pour remise en liberté, un caporal de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) avait témoigné et raconté que Silva était, selon la police, le patron d’un réseau d’importateurs de cocaïne lié aux cartels mexicains.

Le témoin avait expliqué que Silva a été observé par les policiers pour la première fois en 2007, après l’arrestation d’une femme qui transportait 700 000 $ dans une valise et qui s’apprêtait à partir vers le Mexique. Il a été vu par la suite à d’autres reprises dans d’autres enquêtes d’envergure visant le crime organisé.

L’une de ces enquêtes, le projet Carcan de la Sûreté du Québec, visait les Hells Angels et Marc-André Lachance, condamné pour le passage à tabac d’un enquêteur du SPVM en vacances au Mexique en 2011.

Le caporal de la GRC a également raconté que Silva avait été vu sur des filatures en compagnie du chef de gang Gregory Woolley, et ses adjoints, et du chef de clan de la mafia Andrew Scoppa.

Enfin le policier attribuait également à Silva et à son groupe quelques autres actes de violence commis au début des années 2010, notamment des coups de feu tirés sur la façade de la résidence d’un recycleur d’argent à Repentigny, au nord-est de Montréal.

Silva n’a toutefois pas été arrêté dans les quelques enquêtes au cours desquelles il a été observé par les policiers et il n’avait aucun autre antécédent criminel mis à part l’agression au bar de danseuses.

Ivan Silva était le patron d’une compagnie d’entretien ménager à Brossard. Durant son audience devant les commissaires des libérations conditionnelles, il avait dit qu’il ferait le ménage dans ses fréquentations et qu’il n’avait aucun lien avec le crime organisé. « Vous n’avez jamais été impliqué ou vous n’avez jamais été pris », a alors réagi l’un des commissaires.

Ivan Silva n’aurait aucun lien de parenté avec Frédérick Silva, actuellement accusé de meurtre.

Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à
drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse.