Le propriétaire de la Grande Roue du Vieux-Port de Montréal, Jeff Jorgensen, est accusé d’extorsion et de publication non consensuelle d’une image intime.

Simon-Olivier Lorange Simon-Olivier Lorange
La Presse

L’homme a été arrêté cette semaine à Montréal.

Les faits reprochés à l’accusé se sont déroulés entre le 12 juin et le 28 août derniers, peut-on lire dans la dénonciation déposée ce jeudi au palais de justice. Selon ce document, Jeff Jorgensen, 46 ans, aurait exigé une somme d’argent à un autre homme en le menaçant de publier des photos intimes de lui.

Le code criminel prévoit une peine d’emprisonnement qui peut atteindre cinq ans lorsque quelqu’un publie, distribue, transmet, vend ou rend accessible une image intime d’une personne sans son consentement.

Bien coiffé et vêtu d’un t-shirt noir, Jorgensen a brièvement comparu par vidéoconférence jeudi depuis l’établissement carcéral où il passera la nuit, la poursuite s’étant opposée à sa remise en liberté. Son enquête sur cautionnement a été fixée à vendredi.

Tumulte

La Grande Roue du Vieux-Port de Montréal, plus haute roue du genre au pays, a été inaugurée il y a deux ans presque jour pour jour. Or ce n’est pas pour le succès de l’attraction touristique que son propriétaire a fait parler de lui.

PHOTO SIMON GIROUX, ARCHIVES LA PRESSE

Le printemps dernier, la Régie des alcools, des courses et des jeux a refusé à l’entreprise un permis d’alcool pour ses restaurants, au motif de l’implication de Steve Vogl, ami personnel de Jeff Jorgensen, dans la gestion des opérations de la Grande Roue. La Régie a justifié sa décision par les liens de M. Vogl avec la mafia montréalaise ainsi que par son passé criminel – il a fait sept ans et demi de prison aux États-Unis pour l’importation de 2000 lb de haschich dans les années 90. M. Jorgensen avait d’abord argué que Steve Vogl n’était qu’un fournisseur de la Grande Roue, mais la Régie a conclu que son implication était bien plus importante.

Toujours au printemps, le quotidien Le Devoir révélait que l’entreprise faisait l’objet d’une poursuite du ministère québécois de la Culture et des Communications pour avoir construit l’imposante structure sans avoir obtenu au préalable les autorisations nécessaires et pour avoir enfreint la Loi sur le patrimoine culturel.

La Grande Roue fait partie des legs du 375e anniversaire de Montréal. L’entreprise est la propriété de Jeff Jorgensen et de son père Neils. Deux hommes d’affaires néerlandais comptent également au nombre de ses actionnaires.

— Avec la collaboration de Daniel Renaud

Rectificatif: Dans une version précédente du texte, nous avons écrit à tort que M. Jorgensen était accusé de voyeurisme. Il est en réalité accusé de publication non consensuelle d’une image intime. Nos excuses.