(Thompson) Un juge devrait rendre son verdict lundi dans le procès pour homicide involontaire d’un agent de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) dans le nord du Manitoba qui a tiré une douzaine de coups de feu sur une jeep à la suite d’une poursuite policière.

Kelly Geraldine Malone
La Presse canadienne

Les procureurs de la Couronne ont déclaré au procès à Thompson, au Manitoba, que le policier Abram Letkeman n’avait fait que de mauvais choix avant la mort par balle de Steven Campbell en 2015.

Selon ce qui a été dit au procès, 12 douilles ont été retrouvées sur les lieux et Steven Campbell, âgé de 39 ans, ivre au volant, a été atteint à au moins neuf reprises.

La défense a soutenu que tous les policiers faisaient des erreurs et que Abram Letkeman estimait que sa vie était en danger parce que la jeep se dirigeait vers lui.

La mère de Steven Campbell, Shirley Huber, a affirmé que sa famille espère que le juge déterminera que le policier a mal agi et que ses agissements étaient dangereux.

Selon elle, peu importe le verdict, la mort de son fils montre à quel point il est important que la police dispose de caméras de tableau de bord et de caméras sur le corps, en particulier dans les communautés du Nord.

« Il doit y avoir un moyen de documenter ce qui se passe réellement dans ces interpellations et peut-être que cela ne se reproduira plus », a soutenu Mme Huber dans un message en ligne.

« Peut-être que mon fils serait toujours en vie. »

Abram Letkeman, 37 ans, a plaidé non coupable à six chefs, dont négligence criminelle.

Selon ce qui a été dit au procès, l’agent a constaté que la jeep était conduite de manière irrégulière peu après la fermeture des bars à Thompson.

Après que le véhicule eut omis de s’arrêter à un panneau de signalisation, le policier s’est mis à sa poursuite, mais ne l’a pas signalé à ses superviseurs.