Le déséquilibré qui a poignardé le prêtre Claude Grou pendant une messe à l’oratoire Saint-Joseph en mars dernier a été déclaré mercredi non-criminellement responsable en raison de troubles mentaux. Des voix l’encourageaient à «tuer» pour se protéger. Vlad Cristian Eremia restera donc détenu à l’Institut psychiatrique Philippe-Pinel.

Louis-Samuel Perron Louis-Samuel Perron
La Presse

L’homme de 27 ans s’en est pris au prêtre le 22 mars dernier pendant la messe du matin à l’Oratoire. L’homme de Dieu se tenait debout dans le chœur derrière l’autel, lorsque l’accusé s’est approché de lui en marchant d’un pas très rapide. Il l’a alors poignardé à deux reprises avec un long couteau de trente centimètres.  

Presque par miracle, la lame du couteau s’est brisée. Les deux lacérations se sont finalement avérées superficielles et le prêtre est rapidement retourné au travail.  

À la suite de son arrestation, Vlad Cristian Eremia a tenu des propos délirants. Pendant son interrogatoire au poste de police, il a continué de parler avec une personne, alors que l’enquêteur était sorti de la pièce.  

Le jeune homme aux prises avec des problèmes mentaux entendait ainsi des voix qui lui expliquaient «quoi faire». Ces voix l’encourageaient ainsi à «tuer» et à se «protéger». C’est pourquoi il gardait un tel couteau depuis des jours.

S’il retrouve la liberté, Vlad Cristian Eremia devra éviter de se trouver à l’oratoire Saint-Joseph. Il ne pourra également pas communiquer avec le prêtre Grou.