Steve Casale, un des bras droits du jeune chef de clan de la mafia montréalaise Vittorio Mirarchi selon la police, a été condamné à deux ans moins un jour de prison pour possession d’arme mercredi matin, au palais de justice de Montréal.

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

L’homme de 40 ans, surnommé Cook, a été arrêté en juin 2017 à la suite d’une courte enquête menée par la défunte section Crime de violence (CDV) de la police de Montréal.

L’enquête a débuté lorsque les policiers ont reçu des informations d’une source codée voulant que Casale avait une arme et se déplaçait avec des gardes du corps armés, car il craignait pour sa vie au printemps 2017.

Les policiers ont alors suivi Casale et ses présumés gardes du corps à 15 reprises en avril et mai 2017, et constaté que les suspects se déplaçaient souvent aux mêmes endroits, notamment un salon de coiffure et deux cafés situés sur le boulevard Couture et sur la rue Jarry. Les policiers ont également conclu que les hommes qui accompagnaient Casale agissaient comme des gardes du corps et semblaient dissimuler une arme.

Le 13 juin 2017, munis de mandats, ils ont arrêté le présumé garde du corps de Casale, Francesco Catalano, et saisi une arme sur lui. Ils ont ensuite perquisitionné la résidence de Casale à Laval et trouvé un pistolet Beretta semi-automatique de calibre 22 dans la chambre des maîtres. Steve Casale a également été arrêté et accusé de possession d’arme.

Source crédible

Les avocats de Casale ont présenté une requête pour faire exclure une partie de la preuve, remettant en question la crédibilité de la source et arguant que les policiers n’avaient pas de motifs suffisants pour perquisitionner la résidence de leur client.

La juge Suzanne Costom de la Cour du Québec a toutefois rejeté la requête, concluant notamment que l’informateur des policiers était crédible. Devant cet échec, Casale a aussitôt plaidé coupable au chef de possession de l’arme trouvée chez lui. Il a toutefois porté la décision de la juge en appel.

Casale n’a aucun antécédent judiciaire. Son avocat, Me Dominique Shoofey, a déclaré mercredi matin que son client travaillait dans le milieu de la construction et qu’il est employé de la même compagnie depuis deux ans.

PHOTO FOURNIE PAR LE SPVM

En plus de purger sa peine, Steve Casale devra fournir un échantillon d’ADN et il lui sera interdit de posséder des armes durant 10 ans.

Steve Casale s’est présenté à la cour portant des vêtements confortables et un sac d’effets personnels. Il était flanqué de quelques membres de sa famille qu’il a enlacés et embrassés avant de recevoir sa peine. Il a ensuite été menotté par un constable spécial et est disparu derrière les murs de la détention du palais de justice. En plus de purger sa peine, Casale devra fournir un échantillon d’ADN et il lui sera interdit de posséder des armes durant 10 ans.

Le condamné possède également des armes de chasse. Il y a quelques jours, en vertu d’une entente entre la poursuite et la défense, un juge a ordonné la destruction de son permis d’armes à feu et a émis une interdiction de posséder ce type d’armes pour une période de cinq ans. Le dossier a toutefois été reporté pour déterminer le sort de ces armes de chasse.

Pacte de non agression

Des policiers considèrent Casale comme l'un des responsables du «livre» du clan mafieux de Vittorio Mirarchi, c’est-à-dire les opérations de paris sportifs et de prêts usuraires du clan.

La source dont les informations ont mené à l’arrestation de Casale a aussi confié à la police qu’il a déjà vu Cook compter des dizaines de milliers de dollars, que ses gardes du corps effectuaient également de la collecte d’argent et que le café où sont dirigées les opérations de paris sportifs du clan est le Gianni, situé sur le boulevard Couture.

Le clan des Siciliens n’est pas le seul à gérer un livre de paris sportifs et de prêts dans la région de Montréal. Outre les clans Rizzuto-Sollecito-Salvaggio et Mirarchi, des individus indépendants ou reliés à d’autres groupes criminels en gèreraient également un, a confié à La Presse une source du milieu criminel.

Actuellement, un pacte de non-agression serait respecté au sein des différents clans de la mafia montréalaise, selon des sources des milieux criminels et policiers.

Vittorio Mirarchi est le protégé de Raynald Desjardins. Il a été condamné avec le caïd pour le meurtre de l’aspirant-parrain de la mafia Salvatore Montagna commis à Charlemagne en novembre 2011. Mirarchi est actuellement en liberté alors que Desjardins purge toujours sa peine au pénitencier.

Casale était présent aux mariages de Vittorio Mirachi et de la fille de Raynald Desjardins qui ont eu lieu respectivement aux Bahamas en 2009 et à Terrebonne en 2011.

Le garde du corps de Casale, Francesco Catalano, a été condamné à une peine de 28 moi pour possession d’arme en décembre 2017.

Pour joindre Daniel Renaud, composez-le (514) 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse.