(Sorel) Appeler les gens à poser des gestes de violence contre les journalistes avec qui on est en désaccord est un acte criminel et sera traité comme tel par le système de justice, comme tout autre appel à la violence contre des personnes.

Pierre Saint-Arnaud
La Presse canadienne

C’est ce qu’a appris à la dure l’internaute et sympathisant de l’extrême droite Alexandre Parent, 43 ans, qui a plaidé coupable lundi au palais de justice de Sorel à une accusation relativement peu utilisée, mais lourde de conséquences, soit celle d’avoir conseillé de commettre une infraction qui n’a pas été commise, en l’occurrence des voies de fait.

L’affaire avait débuté lorsque Camille Lopez, spécialiste en déconstruction de fausses nouvelles à L’actualité, avait démenti une vidéo d’Alexandre Parent dans laquelle il dénonçait le silence des médias entourant un incident survenu le 19 mai 2018 lors d’une manifestation anti-immigration. À cette occasion, la militante et blogueuse de droite Faith Goldy avait été prise à partie et bousculée par des manifestants antifascistes devant les caméras de télévision. Dans sa vidéo, partagée plus de 900 000 fois, Alexandre Parent reprochait aux médias de ne pas avoir rapporté l’incident.

Invitation à « frapper » la journaliste

Dans un article publié le 31 mai suivant, Mme Lopez avait démontré preuves à l’appui qu’au contraire, les médias avaient bel et bien rapporté l’incident et c’est quelques jours plus tard, soit le 6 juin, qu’Alexandre Parent avait publié ses menaces contre elle sur Facebook.

Le quadragénaire avait notamment écrit (tout en lettres majuscules) sur sa page Facebook au sujet de Camille Lopez : « Vous pouvez […] la frapper et détruire son équipement, c’est légal. Je vais publier son adresse et les médias pour qui elle travaille […] et je vais publier l’adresse de ses patrons, leur face, leur nom, leur état financier, leur famille et tout ce qu’ils font ».

Vivre dans la peur

Camille Lopez est venue raconter lundi, en livrant sa déclaration de victime au juge Marc-Nicolas Foucault, à quel point elle avait été secouée lorsque mise au courant de ces menaces.

« Pendant les premières semaines après la publication, je ne savais pas s’il y avait des gens qui allaient donner suite à ces propos : je finissais de travailler très tard, je rentrais à pied et, souvent, j’y pensais quand des voitures ralentissaient proche de moi, quand je marchais dans des endroits sombres, etc. Cette publication me revenait en tête à chaque fois que j’étais seule, à chaque fois que je me sentais vulnérable. »

Mme Lopez a été incapable d’écrire de nouveaux articles durant un mois après avoir pris connaissance de la menace et a aussi craint d’être « doxée » (voir toutes ses coordonnées personnelles publiées sur le web).

« J’ai eu peur de me faire harceler, j’ai eu peur que mes informations personnelles soient révélées à un grand nombre de personnes, que mon adresse soit révélée, que mon numéro de téléphone, mon adresse courriel le soient », a-t-elle raconté.

L’arrestation le fait rire

Le procureur de la Couronne au dossier, Me Simon Murray, a précisé que l’accusé avait éclaté de rire lorsque les policiers lui avaient dit pour quelle raison ils venaient l’appréhender le 12 décembre dernier. En défense, son avocate, Me Laurence Legault-Denis, a fait référence à un « geste spontané » de colère après que son client, qui est membre de la communauté LGBT, se fut senti persécuté lorsqu’il avait vu sa photo associée au partage d’un autre extrémiste homophobe sur une page de journal.

Le juge Foucault lui a d’abord fait remarquer que « la persécution de l’un ne permet pas l’attaque de l’autre », avant que Me Murray ne vienne préciser que l’article auquel faisait référence sa collègue avait été publié le 4 août, soit près d’un mois après les menaces de M. Parent à l’endroit de Mme Lopez.

Me Legault-Denis a fait valoir que son client n’avait aucun antécédent judiciaire, qu’il avait été suivi en santé mentale et prenait des médicaments « assez forts » qui auraient pu altérer son jugement ou son humeur pour finalement ajouter qu’il regrettait son geste et aurait voulu l’effacer, mais que « les écrits restent, malheureusement, d’où le plaidoyer de culpabilité ».

Climat délétère envers les médias

Camille Lopez n’a toutefois pas hésité à prendre les moyens requis pour se défendre : « Les propos haineux envers les journalistes, les appels à la violence, il y en a de plus en plus. Je ne pensais pas que ça allait m’arriver à moi et je me demandais toujours comment je réagirais, mais je pense qu’il faut prendre ses responsabilités là-dedans. »

« Il faut répondre à ces appels du mieux qu’on peut et pour moi ç’a été d’aller voir les policiers, de laisser ça entre les mains du système de justice. On ne peut pas laisser une publication comme ça sur Facebook et se dire que ça n’a pas de conséquences : ça en a, il y a des vraies personnes derrière ces publications et il ne faut pas se laisser faire », a-t-elle raconté à La Presse canadienne à l’issue de l’audience.

Le magistrat a demandé un rapport présentenciel et la suite des procédures a été fixée au 26 août, date où une sentence pourrait être rendue. L’article 464 du Code criminel en telle circonstance est très clair : il précise qu’une personne qui « conseille à une autre personne de commettre un acte criminel est […] passible de la même peine que celui qui tente de commettre cette infraction », et ce, même si l’infraction n’a pas été commise. Dans le cas d’Alexandre Parent, puisqu’il s’agit d’une invitation à commettre des voies de fait, il s’expose à une peine maximale de cinq ans d’emprisonnement.