Source ID:9114d06d412e3434a681b5ed8e2c3975; App Source:StoryBuilder

Deux ans de prison moins un jour pour Michel Cadotte

Michel Cadotte n'a jamais nié avoir mis fin... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Michel Cadotte n'a jamais nié avoir mis fin aux jours de sa conjointe atteinte de la maladie d'Alzheimer. Mais il disait avoir agi pour l'empêcher de souffrir, alors qu'il était dépressif et épuisé.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Il dit avoir agi « par compassion », pour mettre fin aux souffrances de sa femme adorée dont il a pris soin avec un rare dévouement, tandis que la maladie d'Alzheimer la faisait dépérir jusqu'à ce qu'elle n'ait plus de contact avec la réalité.

Peu importe la motivation, causer la mort d'une autre personne est inexcusable, a toutefois souligné la juge Hélène Di Salvo, en envoyant Michel Cadotte derrière les barreaux pour deux ans moins un jour, pour l'homicide involontaire de sa femme Jocelyne Lizotte, qu'il a étouffée avec un oreiller dans sa chambre du CHSLD Émilie-Gamelin le 20 février 2017.

« La société ne permet pas que l'on prenne la justice entre nos mains », a expliqué la juge en prononçant la sentence, hier, au palais de justice de Montréal.

Même si elle a reconnu la détresse de l'accusé, dont le risque de récidive est presque nul, une peine d'emprisonnement s'imposait pour dissuader quiconque serait tenté de faire comme lui, selon la magistrate, qui a souligné qu'il s'agissait de la décision la plus difficile qu'elle ait eue à rendre.

La juge a noté que « les circonstances de cette affaire sont aussi tragiques que tristes, pathétiques et uniques ».

« Il s'agit d'un homme amoureux, épuisé, usé, souffrant de dépression, qui a donné neuf ans de sa vie pour que son épouse conserve une certaine dignité, qu'elle ne souffre pas trop et obtienne les soins nécessaires », a-t-elle noté.

« Mais il a commis l'irréparable. Il a causé la mort par suffocation de la femme qu'il aimait et, contrairement à ce que d'aucuns pourraient penser, ceci ne fait pas de lui un héros. »

Enjeux de société

Le Montréalais de 58 ans est resté imperturbable pendant la lecture de la décision par la juge Di Salvo. Avant qu'il se fasse passer les menottes et soit amené en détention, ses avocats ont pu lui faire l'accolade, mais pas ses proches.

Les deux fils de Jocelyne Lizotte et leurs familles étaient présents au tribunal, mais ne se sont pas adressés aux médias.

À l'issue d'un procès très médiatisé, qui a abordé les enjeux du meurtre par compassion, de l'aide médicale à mourir, des soins en CHSLD et de la détresse des proches aidants, Michel Cadotte a été reconnu coupable d'homicide involontaire par un jury, le 23 février dernier, une infraction moins grave que l'accusation de meurtre au second degré d'abord portée contre lui.

Lors de son procès, l'accusé avait admis avoir beaucoup de mal à vivre avec ce qu'il avait fait. 

« Je me sens tellement les mains sales depuis que c'est arrivé, je ne pourrai jamais oublier ça. Je suis désolé que Jocelyne soit partie. J'aimerais qu'on me pardonne, mais je ne sais pas si ce sera possible. »

- Michel Cadotte, lors de son procès

La Couronne avait réclamé huit ans de pénitencier, tandis que la défense estimait qu'il ne devait pas être emprisonné, lors des plaidoiries sur la peine qui ont eu lieu le 8 mars.

Michel Cadotte pourrait être admissible à une libération conditionnelle après avoir purgé le tiers de sa peine, soit huit mois de détention. Il est aussi soumis à une probation de trois ans après sa libération, et devra effectuer 240 heures de travaux communautaires.

Les avocats des deux parties se sont dits déçus en quittant la salle d'audience, et ont indiqué qu'ils allaient analyser la décision de la juge avant de décider s'ils portent la peine en appel ou non.

« Il ne faut pas oublier que ce qui a causé cette tragédie, c'est une maladie, et l'incapacité du système à s'occuper de Mme Lizotte. Son mari voulait seulement qu'elle soit dans un établissement où elle pourrait recevoir les soins adéquats pour son état », a réagi Me Elfriede Duclervil, avocate de M. Cadotte.

« Vu les enjeux importants soulevés par la présente affaire, nous procéderons à un examen minutieux de la décision qui a été rendue, pour déterminer si des erreurs de droit ont été commises, nous permettant ainsi de porter l'affaire en appel », a indiqué la procureure de la Couronne, Me Geneviève Langlois.

Détresse

L'histoire de Michel Cadotte a mis en lumière la détresse des aidants naturels, qui vivent de l'isolement en s'occupant d'un proche malade, souvent au détriment de leur propre santé.

La juge Di Salvo s'est dite « consciente que cette affaire a soulevé des passions dans l'opinion publique » et a fait l'objet de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux.

« La maladie d'un être cher, la solitude, l'impuissance, le rôle ingrat des aidants naturels, la vie en CHSLD, le système de santé, l'aide médicale à mourir, tous ces sujets ne laissent personne indifférent et suscitent des débats de société », a-t-elle fait remarquer.

« En tant que citoyens, on ne peut qu'espérer que les cris d'alarme concernant les difficultés des aidants naturels ainsi que la problématique du nombre grandissant de cas d'alzheimer seront entendus. »

Plus d'aide pour les proches aidants

Mettre fin aux jours d'un proche malade, comme l'a fait Michel Cadotte, c'est une idée qui surgit dans l'esprit de nombreux aidants naturels, épuisés et confrontés à la souffrance de ceux qu'ils aiment, révèle Mélanie Perroux, coordonnatrice du Regroupement des aidants naturels du Québec, qui a témoigné pour la défense lors du procès.

« Le passage à l'acte est rare, heureusement. Mais les idées homicidaires sont fréquentes, explique-t-elle. La juge a dit qu'elle n'avait pas le choix d'imposer une peine de prison, pour avoir un effet dissuasif. Malheureusement, ce n'est pas le risque de faire de la prison qui va dissuader ceux qui ont de telles pensées. »

Elle est convaincue que cette histoire aura un impact sur la future politique de soutien aux proches aidants que prépare la ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais.

Ce soutien sera essentiel, puisque le Québec devra faire face à un « tsunami » de cas d'alzheimer, a témoigné Sylvie Grenier, directrice générale de la Fédération québécoise des Sociétés Alzheimer, lors du procès.

Actuellement, 145 000 Québécois souffrent de la maladie d'Alzheimer ; il y en aura 260 000 en 2025, a-t-elle expliqué.

« Ce que j'aimerais qu'on retienne de cette histoire, c'est qu'il faut mieux prendre soin de notre monde », a-t-elle dit à la suite de la peine imposée à Michel Cadotte. « Quand une personne reçoit un diagnostic d'alzheimer, il devrait aussi y avoir un diagnostic pour ses proches, et du soutien qui leur est offert. »




À découvrir sur LaPresse.ca

La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer