Source ID:5027ed538db63aa3b857706a73d8cd29; App Source:StoryBuilder

Un beau-père coupable d'avoir étranglé deux enfants

L'agresseur doit revenir en cour demain au palais de... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

L'agresseur doit revenir en cour demain au palais de justice de Montréal en vue du dépôt du rapport présentenciel pour la détermination de sa peine.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

Un Montréalais de 31 ans a fait vivre un vrai calvaire aux deux enfants de sa conjointe. Leur beau-père utilisait une taie d'oreiller ou un drap pour les étouffer ou se servait de ses mains, voire d'une chaise, pour les étrangler. Les enfants de 10 et 11 ans ont littéralement eu les yeux exorbités des mains de leur bourreau.

L'agresseur a plaidé coupable en février dernier à quatre chefs d'accusation de voies de fait graves et de voies de fait pour des crimes commis en 2017 et en 2018 à Montréal et à Drummondville. Il doit revenir en cour aujourd'hui au palais de justice de Montréal en vue du dépôt du rapport présentenciel pour la détermination de sa peine.

Une ordonnance de non-publication nous empêche d'identifier l'accusé afin de protéger l'identité des victimes.

Bouteille d'eau oubliée

La procureure de la Couronne, Me France Duhamel, a fait le récit des crimes commis par le Montréalais, lorsqu'il a reconnu sa culpabilité le 5 février dernier.

Janvier 2018. Le garçon de 11 ans prépare le lunch de sa soeur cadette et part pour l'école. Ils reviennent du service de garde vers 18 h, mais sans leur bouteille d'eau. Leur mère n'est pas là. Furieux, l'accusé met le garçon dans son lit et l'étouffe pendant plusieurs secondes. « Quand j'étais plus petit, d'autres personnes me faisaient mal. Maintenant, c'est moi qui fais mal », lui lance-t-il, les mains posées sur son cou.

Le bourreau étrangle la fillette à son tour, mais celle-ci le repousse avec ses pieds et ses mains. Il prend une chaise et essaie longuement de l'étrangler. Il serre les poings, en furie, et l'étrangle avec ses mains. « Pis si tu l'oublies la prochaine fois la bouteille, je vais te mettre une chaise », menace-t-il.

Le garçon a les yeux « comme sortis » et peine à respirer. Son beau-père lui dit de manger, mais le garçon n'a pas faim. Il se présente le lendemain à l'école, les yeux « quasiment » sortis de leur orbite. Il a souffert d'une hémorragie sous-conjonctivale et aurait pu rester lourdement handicapé par cette agression, a soutenu Me Duhamel.

« Monsieur dit : "Je voulais pas les tuer, mais j'étais pas content de les étouffer" », a rapporté Me Duhamel pendant l'audience. Les chefs de tentatives de meurtre ont d'ailleurs été retirés au moment de sa reconnaissance de culpabilité.

Outre ce sombre événement, l'accusé a souvent enfermé les enfants au sous-sol de leur résidence de Drummondville. Il posait alors un drap ou une taie d'oreiller sur la bouche des enfants. Il a reconnu avoir commis ces gestes entre le 1er août 2017 et le 9 janvier 2018.

L'avocat de la défense, Me Michael Morena, a demandé à la dernière audience la préparation d'un rapport présentenciel. « C'est un monsieur sans antécédents judiciaires, un monsieur qui a un emploi. Rien dans sa vie n'indique des indices de criminalité. Ça permettrait d'éclaircir le tribunal sur la nature de la peine », avait expliqué Me Morena à la juge Silvie Kovacevich.




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer