Son véhicule a peut-être été vu passer sur la rue Fleury devant le café Hillside le 2 juin 2016, jour où un habitué de l’établissement a été tué par erreur, mais ce n’est pas lui qui conduisait, clame Ebamba Ndutu Lufiau.

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

L’homme de 30 ans, accusé du meurtre d’Angelo D’Onofrio confondu avec l’homme d’honneur de la mafia montréalaise Antonio Vanelli, a témoigné pour sa défense hier et aujourd’hui.

PHOTO FOURNIE PAR LA POLICE

Lufiau est soupçonné d’avoir fait du repèrage avec sa voiture, une Nissan Maxima grise 2011

Lufiau est soupçonné d’avoir fait du repèrage avec sa voiture, une Nissan Maxima grise 2011, avant le meurtre, et d’avoir conduit le tireur, Jeff Joubens Theus, déjà reconnu coupable du meurtre après un procès devant jury.

Avant de témoigner, Lufiau a présenté des requêtes laissant entendre que sa voiture pouvait, au moment du crime, avoir été occupée par l’un de ses amis, Vladimir Laguerre, ou une connaissance, Jordy Milius.

Le juge Daniel Royer de la Cour supérieure a accueilli les requêtes déclarant admissible la preuve que Laguerre ou Milius « ait pu participer au meurtre de M. D’Onofrio » en effectuant, pour le premier, du repérage avant le crime et en conduisant, pour le second, le véhicule au moment de la fuite.

Plusieurs noms de mafieux évoqués

La preuve entourant ces deux requêtes a notamment révélé que le 21 septembre 2016, Milius et Theus ont été arrêtés près de la résidence des parents d’un individu lié à la mafia, Erasmo Crivello. Les policiers ont trouvé une arme dans la voiture de Milius et une photo de Crivello dans son portefeuille.

En ce qui concerne Laguerre, la preuve a démontré qu’il a été arrêté au volant de la voiture de Lufiau le premier août 2016, jour où un individu lié à la mafia, Marco Pizzi, a été victime d’une tentative de meurtre.

On a aussi appris que le six janvier 2017, Laguerre et Antonio de Blasio sont passés à trois reprises devant le café Hillside et une fois devant la résidence d’Antonio Vanelli.

Un enquêteur des crimes majeurs du SPVM, Gilles Gagné, a raconté que dans le cadre de l’enquête Mazout-qui a mené à l’arrestation de Theus et Lufiau-, De Blasio et Laguerre étaient considérés comme des intermédiaires ; De Blasio étant celui qui prenait les commandes des clans de la mafia et Laguerre, celui qui les donnait aux exécutants de la rue.

Langage codé

Durant son témoignage, Lufiau a raconté au juge Royer qu’en juin 2016, Vladimir l’hébergeait et qu’il lui a prêté sa voiture à quatre ou cinq reprises, sans toutefois se rappeler des dates exactes.

« Je ne suis pas convaincu qu’il n’a pas participé au crime », a-t-il notamment répondu durant un contre-interrogatoire serré.

Confronté au fait qu’une tuque contenant son ADN a été trouvée dans les heures suivant le meurtre, parmi des vêtements et une plaque d’immatriculation à demi incendiés, Lufiau a dit qu’il ne reconnaissait pas le lainage. Il a toutefois laissé entendre que la tuque pouvait s’être trouvée dans sa voiture et qu’une personne à qui il aurait prêté son véhicule ait pu la porter.

Il a de plus affirmé qu’en juin 2016, il ne fréquentait pas Theus.

Mais durant son contre-interrogatoire corsé, Me Katerine Brabant a matraqué le témoin avec des conversations captées par les policiers, lui faisant notamment remarquer qu’il n’était pas très fâché contre Theus et Laguerre, alors que, se défend-t-il, ils auraient utilisé sa voiture pour commettre un meurtre.

La procureure a également souligné qu’il parlait en code et utilisait la lettre « M » pour parler de meurtre.

« Oui, c’est parce que je vendais du pot », a répondu Lufiau.

« Et M, ça a toujours été utilisé pour le mot meurtre. Ça arrive souvent, par des gens autour de moi. C’est du langage urbain. Y’en a même qui disent que TM, c’est pour tentative de meurtre », a-t-il aussi expliqué.

Dans une conversation du 23 mars 2017 qu’il tient avec la conjointe de Theus, Lufiau sursaute lorsqu’elle lui dit qu’un enquêteur est venue la voir et lui a notamment dit qu’il y avait une caméra à distance. « L’enquêteur t’a parlé d’une auto ? », s’est inquiété Lufiau.

Le procès se poursuit demain avec un court débat sur une requête et les plaidoiries des deux parties.

Rappelons que Lufiau avait commencé à subir son procès devant jury avec Theus mais qu’il a dû s’en retirer en raison de problèmes de santé. Le procès a repris où il était rendu dans son cas, mais devant juge seul cette fois-ci.

Jeff Joubens Theus a été condamné à perpétuité.

Antonio De Blasio a été assassiné sous les yeux de son fils, à l’issue d’une pratique de football, en plein parc, dans l’arrondissement de Saint-Léonard, en août 2017. Le sergent détective Gilles Gagné a témoigné qu’il aurait été arrêté et accusé de gangstérisme dans la foulée de l’enquête Mazout s’il n’avait pas été tué.

Vladimir Laguerre a été arrêté à l’issue de l’enquête Mazout et accusé de complot et de possession d’arme. Il est actuellement détenu.

***

Pour joindre Daniel Renaud, composez le (514) 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse.