Un homme a été retrouvé mort dans les bois en Montérégie près du poste frontalier de Lacolle, mardi, alors qu’une dizaine de citoyens du Mexique venaient d’être arrêtés pour avoir traversé clandestinement la frontière du Canada vers les États-Unis à cet endroit.

Vincent Larouche Vincent Larouche
La Presse

C’est l’agence américaine de protection des frontières, le US Customs and Border Protection, qui a contacté les policiers québécois après avoir reçu une information sur un homme potentiellement égaré dans les bois, et qui manquait à l’appel, du côté canadien de la frontière.

Un porte-parole de l’agence américaine a confirmé à La Presse mercredi soir que l’information avait été transmise aux autorités canadiennes dans le cadre d’une opération pour intercepter un groupe de personnes qui entraient illégalement aux États-Unis.

La Sûreté du Québec a alors mobilisé d’importantes ressources pour retrouver l’homme égaré. « Il y a eu un déploiement d’un poste de commandement, l’hélicoptère a été déployé, en plus de maîtres chien et de policiers en VTT », explique la sergente Aurélie Guindon, porte-parole du corps policier. La GRC, qui a plusieurs agents déployés près de la frontière en raison de l’afflux de migrants dans le secteur, a aussi participé aux recherches.

L’homme était mort lorsque les policiers l’ont localisé. À première vue, rien ne semble indiquer une mort violente ou l’intervention d’une tierce personne, selon la police. Une autopsie sera pratiquée pour déterminer la cause du décès.

Dans un communiqué, les autorités frontalières américaines ont annoncé avoir arrêté dix personnes de nationalité mexicaine dans la région, entre lundi et mardi matin, parce qu’elles auraient traversé clandestinement la frontière à cet endroit.

Un citoyen de l’Équateur, qui était en liberté sous condition aux États-Unis dans l’attente du traitement de son dossier d’immigration, a aussi été arrêté parce qu’il aurait servi de chauffeur à une partie du groupe. Il sera accusé de trafic de personnes.

Un officier du US Customs and Border Protection a déclaré que ses agents travailleront pour « enquêter et accuser tout individu ou organisation criminelle responsable des tentatives de trafic » dans le secteur.