Source ID:d984074f651a3dbe854b2cf72b936302; App Source:StoryBuilder

Harcèlement à l'endroit d'une élue: l'accusé a enfreint ses conditions

Robert (Robin) Edgar au palais de justice de... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Robert (Robin) Edgar au palais de justice de Montréal le mois dernier.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Un homme accusé de harceler une élue municipale depuis plusieurs années sera sanctionné pour s'être présenté au conseil municipal de Montréal pour poser une question, alors qu'il s'était engagé à ne pas communiquer avec la mairesse d'arrondissement Sue Montgomery, en attendant son procès.

«Son but était de faire entendre la rancoeur perpétuelle qu'il entretient à l'égard de Mme Montgomery, en sa présence et devant le conseil, pour lui montrer qu'il allait continuer de s'immiscer dans sa vie», a souligné le juge Dennis Galiatsatos, dans son jugement déclarant Robert (Robin) Edgar coupable d'avoir enfreint ses conditions, hier au Palais de justice de Montréal.

En attendant son procès pour harcèlement à l'endroit de la mairesse de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Edgar n'a pas le droit de communiquer avec elle. Il affirmait que poser une question au sujet des agissements Mme Montgomery, en s'adressant à la mairesse de Montréal Valérie Plante, ne représentait pas une tentative de communication

Ce n'est pas l'avis du juge Galiatsatos. L'accusé s'est servi de la période de questions à l'hôtel de ville de Montréal, le 26 mars 2018, comme d'une «ruse pour contourner l'interdiction de communication», a noté le magistrat, réprouvant sa témérité et son acharnement à faire passer son message à la mairesse.

Sue Montgomery affirme être harcelée par Edgar depuis 20 ans. «Ses interactions avec l'accusé l'ont épuisée émotionnellement», a souligné le juge, ajoutant que les conditions imposées à Edgar avaient pour but de «procurer un peu de répit, de paix d'esprit et de soulagement psychologique» à l'élue.

Le magistrat entendra le 2 mai les représentations des deux parties sur la sentence à imposer à l'accusé, qui doit par ailleurs subir son procès pour les accusations de menaces le 23 avril prochain.

Robin Edgar est en campagne depuis plusieurs années contre l'Église Unitarienne, qu'il accuse «d'injustices, d'abus et d'hypocrisie», et affirme que Mme Montgomery contribue à dissimuler les malversations de l'église.

L'homme de 59 ans manifeste avec des affiches devant des lieux de cultes et avait pour habitude de filmer ou de suivre Sue Montgomery lors de ses apparitions publiques.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer