Des violences ont éclaté dans la réserve mohawk d'Akwesasne vendredi soir, suite à une descente policière dans un dispensaire de cannabis du territoire.

MARISSA GROGUHÉ LA PRESSE

Le quotidien ontarien Standard Freeholder a rapporté que suite à l'intervention des autorités, une voiture de police a été volée par un groupe de citoyens, qui y ont ensuite mis le feu.

Une vidéo de la camionnette en flammes circule sur les réseaux sociaux. Selon le Standard Freeholder, les images ont été filmées peu après une descente policière au magasin Wild Flower Cannabis, situé sur l'île de Cornwall, en Ontario.  

La réserve Akwesasne chevauche le sud-ouest de la Montérégie, l'Ontario et l'état de New York.   

Vendredi, aux alentours de 19 h, la police se serait rendue au dispensaire et aurait procédé à des arrestations, d'après un groupe citoyen, « Akwesasne People's Meeting », qui a lancé un appel sur Facebook pour converger vers le poste de police, affirmant que les individus arrêtés étaient des « prisonniers politiques ».

Il s'agirait de la deuxième intervention policière en environ 24 heures au Wild Flower Cannabis, qui opérait sans permis du Conseil Mohawk d'Akwesasne. Leur autorisation de vendre leur viendrait plutôt de la Maison longue Indian Way, qui ne reconnait pas l'autorité du Conseil.

Plus tard en soirée, une douzaine de personnes se sont rassemblées devant le poste du Service de police mohawk d'Akwesasne. Des citoyens se sont adressés à la police afin d'expliquer leur mécontentement, mais les coups ont finalement fait suite aux mots.  

Toujours selon le Standard Freeholder, qui cite des témoins, certains citoyens se sont battus avec des agents de police, qui ont eu recours à leur poivre de Cayenne, mais pas à leurs armes à feu.  

C'est alors qu'un véhicule des forces de police aurait été volé, tandis que la pare-brise d'un autre a été brisé. La camionnette volée a ensuite été retrouvée, en feu, sur un pont de glace.  

Au service de police d'Akwesasne, on a indiqué à La Presse hier qu'aucun responsable n'était en mesure de confirmer les faits.

Le Conseil Mohawk d'Akwesasne et la Tribu Mohawk de Saint-Régis, qui régit la partie étasunienne de la communauté, ont pour leur part conjointement déclaré par voie de communiqué qu'ils reconnaissaient « respectueusement les opinions divergentes sur [la question de la régulation du cannabis récréatif] ». Ils ont ajouté souhaiter qu'un « dialogue pacifique » puisse avoir lieu.

« Nous continuons à requérir l'aide de tous les Akwesasronons dans la promotion de la paix, de l'harmonie et des relations de travail que nous avons atteintes ces dernières années », ont-ils également écrit.