Une femme de 53 ans, résidente de Woodland en Ontario, Tracey B. Fitzpatrick, a été condamnée à douze ans et demi de pénitencier hier à Montréal, après avoir plaidé coupable à des accusations d’importation de fentanyl et d’autres drogues.

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

Le fentanyl est un opioïde 40 fois plus puissant que l’héroïne. Il est à l’origine de milliers de décès par surdoses aux États-Unis et dans le reste du Canada.

Selon la preuve présentée par la Poursuite, la quinquagénaire aurait utilisé des dizaines de fausses identités et importé la drogue par la poste. Son mode opératoire consistait à aller chercher ses colis dans plusieurs comptoirs postaux différents dans les régions de Montréal et d’Ottawa.

La femme importait la drogue d’Allemagne. D’ailleurs, ce sont les douaniers de Francfort qui ont avisé la Gendarmerie royale du Canada après avoir intercepté un premier colis contenant de l’héroïne et des produits servant à la fabrication de méthamphétamine.

La drogue et les produits étaient dissimulés dans de l’équipement électronique et le colis intercepté par les Allemands était destiné à un comptoir postal de Kirkland, dans l’ouest de l’île de Montréal.

Les policiers de la GRC ont fait de la surveillance au comptoir et ont observé Mme Fitzpatrick récupérer le colis.

Ils ont suivi la femme qui, dans la même journée, a visité deux autres comptoirs postaux à Laval et à Saint-Eustache, au nord de Montréal, pour y récupérer des enveloppes contenant du fentanyl.

Mme Fitzpatrick a été arrêtée une première fois et libérée en attendant la suite de l’enquête. Elle a été de nouveau appréhendée quelques semaines plus tard, en novembre 2018, et accusée.

Au moment de son arrestation, les enquêteurs de l’Unité mixte d’enquête contre le crime organisé (UMECO) de la Division C (Québec) de la GRC ont perquisitionné un casier d’entreposage à Nepean, en Ontario, dans lequel ils ont trouvé de la cocaïne et du matériel servant au trafic de drogue.

Au total, durant l’enquête, les policiers ont trouvé plus de 500 grammes d’héroïne, plus de 1000 grammes d’un mélange solide d’acide phénylacétique et de pseudoéphédrine, plus de 1000 timbres de fentanyl et 31 grammes de cocaïne.

Le fentanyl est l’une des priorités de l’UMÉCO de la GRC à Montréal compte tenu des ravages que cet opioïde peut provoquer.

***

Pour joindre Daniel Renaud, composez le (514) 285-7000, poste 4918, écrivez à
drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse.