(Ottawa) Une association de sikhs à Toronto intente une poursuite de 2,5 millions contre le gouvernement indien à la suite de reportages dans les médias de ce pays selon lesquels des sikhs au Canada seraient à l’origine d’une nouvelle campagne de violence dans l’État indien du Pendjab.

La Presse canadienne

Les avocats de l’organisme « Sikhs for Justice » ont déposé lundi une poursuite en diffamation en Cour supérieure de l’Ontario.

La poursuite vise trois reportages, publiés ou diffusés dans le journal Times of India, le réseau de télévision India Today et le quotidien Business Standard. Ces reportages soutenaient que l’association torontoise oeuvrait avec les services de renseignement pakistanais pour promouvoir la violence et raviver le séparatisme dans l’État indien du Pendjab.

Jatinder Singh Grewal, directeur des politiques internationales à l’association « Sikhs for Justice », soutient que des sources anonymes au gouvernement indien étaient à l’origine des fausses informations contenues dans ces reportages.

« Sikhs for Justice » fait partie d’une vaste campagne internationale visant à organiser l’an prochain un référendum mondial pour mesurer le soutien des sikhs du monde entier à la création en Inde d’un État sikh indépendant, appelé Khalistan.

Selon M. Grewal, certains craignent que le gouvernement indien n’utilise les mêmes tactiques de désinformation pour tenter de dissuader les électeurs indo-canadiens de voter, aux élections canadiennes d’octobre, pour des candidats que l’Inde considère comme favorables au Khalistan.