La femme qui est soupçonnée d'avoir enlevé mardi à Laval une fillette de 8 ans a été formellement accusée mercredi après-midi d’enlèvement, de séquestration et de port de déguisement dans un dessein dangereux.

Nicolas bourcier
La Presse

Selon la police, la fillette marchait vers l’école lorsqu’elle aurait été interpellée par la suspecte. Elle la connaissait « puisqu’elle faisait partie de son entourage, mais cela faisait un moment qu’elle ne l’avait pas vue », rapporte la sergente Geneviève Major du service de police de la Ville de Laval (SPVL).

La suspecte aurait quand même pris soin de se déguiser. « Elle avait mis une perruque et des lunettes et elle avait amené un petit chien avec elle pour inciter la jeune fille à entrer dans l’auto », explique la sergente Major. Après le refus de la fillette, la suspecte aurait insisté et l’aurait prise de force avant de prendre la fuite.

La mère de la victime a contacté les autorités vers 9 h après l’appel de l’école qui signalait son absence.  Puisqu’un conflit familial existe entre les parents de la jeune fille et la suspecte, les autorités ont rapidement ciblé la résidence de cette dernière sur la Rive-Sud.

Quatre-vingt-dix minutes après l’appel de la mère, tout juste avant que l’alerte Amber ne soit lancée, les policiers ont retrouvé le véhicule de la suspecte à Belœil. La victime était ligotée à l’arrière ; la femme était au volant.

« On est vraiment fier, ajoute la sergente Major. À partir du moment où on a reçu l’information sur le véhicule suspect, plusieurs policiers ont été déployés, autant à Laval que dans les corps de police environnants. On l’a localisée très rapidement. Elle est saine et sauve. On est bien heureux qu’elle soit avec sa famille. »