Un couteau dans le dos. C’est ce qui a tué Charles Robitaille à la sortie des bars il y a trois ans à Montréal. L’auteur de ce crime gratuit, Mikael Étienne, a été reconnu coupable de meurtre non prémédité par un jury vendredi dernier au 7jour de leurs délibérations.

Louis-Samuel Perron Louis-Samuel Perron
La Presse

Au terme de six semaines de procès au palais de justice de Montréal, son coaccusé de 22 ans, Yasar Aykin, a été reconnu coupable pour sa part d’homicide involontaire en raison de sa complicité dans le meurtre. Il était accusé de meurtre au second degré.

Action de grâce 2016. En sortant du bar l’Abreuvoir, sur la rue Ontario, le groupe de la victime croise celui du meurtrier, Mikael Étienne, qui vient de se faire expulser du même bar. Une bagarre éclate entre les deux groupes. Pendant l’altercation, Mikael Étienne frappe un homme et lance une bouteille à la tête d’un autre membre du groupe d’amis de Charles Robitaille.

Pendant ce temps, Yasar Aykin va chercher un couteau et l’offre à son ami Mikael Étienne, le visage taché de sang et manifestement en colère. Celui-ci s’empare de l’arme et se dirige d’un pas décidé vers l’autre groupe qui commence à quitter les lieux sur la rue Berri. Il est suivi par Yasar Aykin.

Très peu de temps après, Mikael Étienne plante un couteau dans le haut du dos de Charles Robitaille d’un coup franc et violent. Son complice ne manifeste aucune surprise en voyant son ami asséner ce coup de couteau. Toute la scène est filmée par une caméra de surveillance de la Société de transport de Montréal (STM). Les deux hommes prennent ensuite la fuite, avant d’être rapidement coincés par les policiers.

Les deux accusés ont témoigné pour leur défense pendant le procès. Or, le jury a visiblement rejeté la défense d’intoxication de Mikael Étienne qui avait consommé de l’alcool et de la drogue ce soir-là. La défense de légitime défense de Yasar Aykin n’a également pas été retenue par le jury. Une erreur de droit selon son avocat Me Richard Dubé.

« Je suis totalement en désaccord avec le verdict. Selon moi, les jurés n’ont pas appliqué le bon raisonnement en droit. Ils ont conclu que mon client avait la connaissance de l’intention du coaccusé et que lui-même avait la volonté que l’arme serve à poignarder quelqu’un. […] Quand il remet le couteau, c’est strictement pour sa défense, alors que son ami est en sang », a fait valoir Me Dubé qui analyse la possibilité de porter l’affaire en appel.

« Nous sommes satisfaits du verdict. Le jury a délibéré pendant sept jours et nous sommes très satisfaits de leur travail », a commenté le procureur de la Couronne Me Matthew Ferguson.

Les observations sur la peine à imposer auront lieu le 27 mai prochain. En vertu du verdict de meurtre au second degré, Mikael Étienne devra purger une peine de prison à vie. Le juge Alexandre Boucher devra déterminer sa période de détention avant d’être admissible à la libération conditionnelle.