(Granby) Des voisins ont porté un hommage spontané à la fillette de 7 ans retrouvée dans un état critique à son domicile lundi et dont la mort a été confirmée mardi en soirée.

Janie Gosselin Janie Gosselin
La Presse

« On ne la connaît pas, mais quand j’ai su [qu’elle était morte], je me suis mise à brailler », a dit à La Presse une résidante du quartier semi-rural où la famille habitait.

Le père et la belle-mère de la fillette ont été arrêtés lundi. L’enquête a été confiée aux services des enquêtes sur les crimes contre la personne de la Sûreté du Québec, qui travaille en collaboration avec la police de Granby pour tenter d’établir les circonstances de l’événement.

En apprenant que la fillette avait succombé à ses blessures, des voisins sont venus porter des toutous, des dessins et des cierges devant sa demeure.

« Ma fille prenait l’autobus avec elle au début de l’année, mais on ne la voyait pas depuis un moment, on pensait qu’elle était déménagée », a dit un voisin. Sa petite de 5 ans a tenu à colorier un chien pour son amie.

Si des habitants de la rue ont dit ne pas bien connaître la famille, discrète, certains avaient été en contact avant l’enfant avant son déménagement. C’est le cas d’un voisin, qui a décrit la fille comme un « rayon de soleil, super éveillée ».

« C’était une enfant de 7 ans. Ça n’a pas de sens. Pourquoi autant de haine a mené jusque-là ? », s’est questionné l’homme.

À la commission scolaire du Val-des-Cerfs, de l’aide a été fournie hier et le sera encore aujourd’hui. « Les enfants ont besoin d’être rassurés », a expliqué au téléphone Alexandra Langlois, du service de communications de la commission. Une équipe de soutien vient en aide au personnel de l’école qu’a fréquentée la fillette pour que celui-ci soit en mesure d’épauler à son tour les élèves.