Les autorités canadiennes bloquent la venue au Québec de l’ex-président indépendantiste de la Catalogne Carles Puigdemont, qui devait participer à une tournée pour parler du référendum de 2017 dans cette communauté autonome d’Espagne.

Vincent Larouche Vincent Larouche
La Presse

Exilé en Belgique alors que plusieurs de ses anciens collaborateurs subissent un procès en Espagne pour tentative de sécession, M. Puigdemont avait été invité au Québec par la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal.

M. Puigdemont avait obtenu une Autorisation de voyage électronique (AVE), une formalité pour les citoyens européens qui souhaitent s’envoler vers le Canada. Puis, à la fin mars, peu avant son départ, les autorités canadiennes lui ont écrit pour indiquer qu’elles révoquaient immédiatement son autorisation, ce qui lui ferme automatiquement les portes du pays. Ottawa n’a pas donné les détails des motifs de cette décision. Le formulaire d’AVE, disponible en ligne, demande notamment aux voyageurs d’indiquer s’ils ont déjà été accusé d’une infraction criminelle dans tout pays ou territoire à travers le monde. M. Puigdemont fait face à des accusations en Espagne pour sa participation au référendum. Madrid avait tenté d’obtenir son extradition de l’Allemagne sur cette base par le passé, mais la justice allemande avait refusé de reconnaître la validité des accusations de rébellion.

Contestation à la Cour fédérale

L’avocat québécois de M. Puigdemont, Me Stéphane Handfield, a confirmé à La Presse qu’il contestera dès ce matin la révocation de l’autorisation de voyage devant la Cour fédérale du Canada.

« Est-ce que le Canada appuie la position de Madrid ? Les procès politiques ? », s’interroge le juriste. Il souligne que le Québec a tenu deux référendums sur la souveraineté et que personne n’a songé à empêcher ses dirigeants de voyager par la suite.

« Est-ce que le gouvernement fédéral considère comme indésirable sur le territoire canadien une personne élue démocratiquement et ce, du seul fait qu’elle a participé à la tenue d’un référendum ? », demande Me Handfield.

Il voulait rencontrer le président de l’Assemblée nationale

Le président général de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, Me Maxime Laporte, a déploré la situation dans un communiqué lundi matin.

« Il est absolument honteux que le Canada se fasse encore une fois le complice de l’autoritarisme espagnol, pourtant dénoncé à l’unanimité par l’Assemblée nationale du Québec », dit-il.

Son organisme avait préparé une tournée bien remplie pour M. Puigdemont au Québec. Il devait participer à une conférence à l’Université de Montréal et rencontrer divers groupes citoyens. Des perches avaient été tendues dans l’espoir qu’il puisse rencontrer le président de l’Assemblée nationale. La Société Saint-Jean-Baptiste comptait aussi approcher les dirigeants des différents partis politiques à l’Assemblée en vue de rencontres potentielles.

« Nous exigeons fermement qu’Ottawa révise sa position », a martelé Me Laporte en entrevue lundi matin. Selon lui, le gouvernement fédéral « n’a pas la légitimité d’interdire » aux Québécois de recevoir M. Puigdemont pour une tournée.

Pas autorisés à parler d’un dossier privé

Au cabinet du ministre canadien de l’Immigration, Ahmed D. Hussen, un porte-parole a souligné que les demandes d’autorisation de voyage électronique (AVE) sont évaluées indépendamment par des fonctionnaires.

« Les AVE sont évalués par des agents d’immigration bien formés sur la base des informations fournies par le client. Chaque application est traitée au cas par cas conformément aux lois sur l’immigration.

« Les raisons pour lesquelles une personne peut être jugée interdite de territoire comprennent la criminalité, un grave problème de santé, le fait d’avoir menti dans sa demande ou pendant une entrevue.

« Nous ne pouvons pas commenter les détails d’un cas particulier sans le consentement écrit de cette personne », a expliqué Mathieu Genest, attaché de presse du ministre.

Lundi, M. Puigdemont n’avait toujours pas fourni ce consentement écrit, selon son avocat, ce qui empêche les autorités fédérales de discuter publiquement les informations contenues dans son dossier personnel.

Le gouvernement régional catalan avait organisé un référendum sur l’indépendance le 1er octobre 2017 mais l’exercice avait été déclaré illégal par Madrid. Les images de la police espagnole matraquant des citoyens venus voter avaient fait le tour du monde.

Le parlement catalan avait proclamé l’indépendance, mais l’Espagne n’avait pas reconnu la décision. Le parlement a été dissous et un mandat d’arrêt a été émis à l’endroit de M. Puigdemont pour rébellion, sédition, détournement de fonds publics et désobéissance à l’autorité.