Le grand patron de Québecor, Pierre Karl Péladeau, fait travailler de nombreux avocats ces temps-ci en raison de plusieurs litiges devant les tribunaux, mais il a décidé d’assurer sa propre défense pour les procédures découlant de son divorce d’avec l’animatrice Julie Snyder.

Isabelle Ducas Isabelle Ducas
La Presse

L’avocate Nicole Parent, spécialisée en droit de la famille, représentait M. Péladeau depuis avril 2017 dans cette affaire. Mais MParent poursuit son ancien client pour 54 500 $, pour des services professionnels que le milliardaire n’aurait pas payés.

L’histoire semble se répéter : au début de ses procédures de divorce, l’homme d’affaires était représenté par MAnne-France Goldwater. L’avocate bien connue pour son franc-parler avait cependant déposé, en juin 2017, une poursuite de 92 000 $ contre Pierre Karl Péladeau, pour des honoraires impayés.

Leur différend a été réglé à l’amiable en 2018, pour une somme non divulguée.

M. Péladeau a confirmé vendredi qu’il se défendait maintenant seul, sans avocat, pour régler les détails de son divorce d’avec Mme Snyder. Il n’a pas voulu dire si c’était parce qu’il trouvait la facture trop salée.

L’ancien chef du Parti québécois est titulaire d’un diplôme de droit de l’Université de Montréal.

Refus de la facture des avocats de sa sœur

Alors que les avocats de Québecor étaient devant un juge dans le cadre du litige les opposant à Bell, Pierre Karl Péladeau se trouvait vendredi au palais de justice de Montréal pour une autre affaire.

Il témoignait dans un procès civil intenté contre lui et son frère Érik par leur sœur, Anne-Marie, qui leur réclame 88 millions. Cette dernière estime avoir droit à cette somme à la suite de la succession de leur défunt père, Pierre Péladeau, mort en 1997. La chicane familiale à ce sujet dure depuis 19 ans.

À l’ouverture du procès, mardi, les parties semblaient sur le point de conclure une entente, après y avoir été invitées par le juge. Mais l’accord a achoppé parce que Pierre Karl Péladeau refuse que les avocats de sa sœur touchent 15 % de la somme qu’elle recevra, comme prévu dans leur contrat.

Négociation du tarif horaire

Dans le cas de MNicole Parent, la poursuite déposée en janvier dernier au palais de justice de Saint-Jérôme indique que son ancien client n’a pas payé ses factures du 31 août, du 30 septembre et du 31 octobre 2018, pour un total de 54 500 $.

L’avocate lui a fait parvenir une mise en demeure le 9 janvier dernier, mais M. Péladeau n’y aurait pas donné suite. Elle souligne que le président et chef de la direction de Québecor lui a donné en janvier 2016 le mandat de le représenter dans ses procédures de divorce.

Elle l’a informé en octobre 2016 de l’augmentation de son tarif horaire de 350 $ à 450 $, mais M. Péladeau aurait refusé cette hausse. Il aurait accepté de lui payer des honoraires de 400 $ l’heure.

Selon MParent, les factures qu’elle a soumises respectaient le budget présenté à son client, compte tenu des procédures à prévoir pour le divorce.

Les détails du divorce de M. Péladeau et Mme Snyder sont confidentiels. Ils n’ont été mariés que pendant cinq mois, jusqu’en janvier 2016, mais avaient été conjoints de fait pendant plusieurs années et ont eu deux enfants ensemble.

Un autre procès en 2020

Pierre Karl Péladeau a une autre procédure pendante devant le tribunal, à la suite de la poursuite de 322 000 $ pour atteinte à la vie privée et à la réputation qu’il a déposée en décembre 2016 contre Daniel Lacombe.

M. Lacombe est l’ex-conjoint de la défunte compagne de M. Péladeau, Marie-Christine Couture, qui a mis fin à ses jours en octobre 2016. Le magnat des médias soutient que Daniel Lacombe lui a envoyé des messages menaçants quand il a découvert sa liaison avec Mme Couture.

Après de multiples procédures de part et d’autre, l’affaire devrait être entendue en mars 2020.