Tony Jalbert, un trafiquant de stupéfiants notoire dont on ne compte plus les fois où il a été arrêté et accusé au fil des ans, fait de nouveau face à la justice pour trafic de drogue.

Mis à jour le 3 déc. 2018
DANIEL RENAUD

Jalbert, 55 ans, alias Thunder, a été arrêté vendredi en compagnie d'une demi-douzaine d'individus, dont son présumé bras droit Keven Lacroix-Butler, dans une enquête antidrogue de la section Crime de violence de la division Est du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) baptisée Éclair et amorcée en septembre dernier.

Selon nos informations, les enquêteurs ont perquisitionné dans une dizaine d'endroits à Charlemagne et à Montréal, dont des résidences, un appartement servant de cache et un garage. Ils ont mis la main, en gros, sur plus de 75 000 $, des quantités diverses de plusieurs drogues, dont de la cocaïne et quelques milliers de comprimés de méthamphétamine, un pistolet de calibre 9 mm avec munitions, un coup-de-poing américain et un gilet pare-balles.

Les moyens d'enquête habituels ont été utilisés par les policiers qui ont notamment effectué des achats contrôlés avec des agents doubles et de la filature. Ils ont procédé à une première phase de frappes il y a environ une semaine.

Certains des suspects ont été gardés en détention, d'autres ont été relâchés sous promesse de comparaître.

CHEFS D'ACCUSATION

Parmi ceux qui ont comparu hier, Jalbert et Lacroix-Butler ont été accusés de complot pour trafic de drogue, trafic, possession de drogue dans un but de trafic, possession de biens criminellement obtenus et possession d'armes.

La poursuite s'est opposée à leur mise en liberté et leur enquête sur cautionnement a été fixée à demain, pour la forme.

D'après nos sources, Jalbert aurait contrôlé plusieurs points de vente de cocaïne, de méthamphétamine et de crack, surtout dans Hochelaga-Maisonneuve, mais également dans l'est de l'île de Montréal et dans le centre-ville.

Son organisation aurait versé des redevances de plusieurs milliers de dollars par mois aux Hells Angels. Selon des informations non confirmées, elle aurait ajouté des cristaux de couleur dans ses comprimés qui auraient, depuis peu, affiché la marque Rage.

Il semble même, selon des informations, que Jalbert faisait circuler une espèce de slogan selon lequel ses vendeurs « devaient avoir la rage », sans quoi ils n'étaient pas avec lui.

PROJET ENRAGÉ

Est-ce un clin d'oeil à la police ? Toujours est-il que Jalbert a été arrêté et accusé à l'issue d'une autre enquête antidrogue de la division Est du SPVM baptisée Enragé en octobre 2011. La police affirme que Jalbert n'hésite pas à utiliser la violence et l'intimidation pour maintenir ses opérations de trafic.

Il a été arrêté et accusé pour différents crimes, principalement pour trafic de stupéfiants et non-respect de conditions, quatre fois en 2011, une fois en 2012, une fois en 2015 et une autre en 2016.

En septembre 2017, il a été condamné à une peine de 30 mois, mais en soustrayant le temps passé en détention préventive, il ne lui restait qu'un jour à purger.

ANTÉCÉDENTS CRIMINELS

Jalbert a commencé sa longue carrière criminelle comme trafiquant indépendant et s'est ensuite associé à Stéphane Gagné, alias Godasse, devenu ensuite délateur, avait raconté le tombeur de Maurice « Mom » Boucher devant les tribunaux.

Jalbert a ensuite résisté à la prise de contrôle des Hells Angels durant la guerre des motards au milieu des années 90 et a choisi le camp de leurs ennemis, les Bandidos, dont il aurait fait partie de « l'équipe de bras ». Mais à la fin de la guerre, il a fait comme plusieurs autres et s'est rallié aux Hells Angels.

Keven Lacroix-Butler, quant à lui, a notamment été arrêté en 2016, en possession d'une arme, dans la foulée du conflit opposant les complexes d'habitations Robert et Bellechasse, dans le nord de Montréal, au cours duquel une dizaine d'événements violents, dont plusieurs avec coups de feu, avaient été répertoriés en 2015 et 2016.

Selon nos informations, Lacroix-Butler a été blessé par balles lors d'un échange de coups de feu entre occupants de deux véhicules survenu à l'angle du boulevard Crémazie et de la rue D'Iberville, dans le quartier Saint-Michel à Montréal, il y a une douzaine de jours.

Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l'adresse postale de La Presse.

Photo courtoisie

Keven Lacroix-Butler