La police de Québec a procédé hier à l'arrestation pour agression sexuelle de Michel Venne, fondateur de l'Institut du Nouveau Monde, un organisme qui organise chaque été une «école de citoyenneté» pour sensibiliser les jeunes à la participation démocratique.

Publié le 15 juin 2018
Vincent Larouche LA PRESSE

«Notre enquêteur avait pris contact avec monsieur, puis il est descendu à Longueuil, où monsieur s'est présenté au poste de police avec son avocat», explique Mélissa Cliche, porte-parole de la police de Québec.

«Il a été mis en état d'arrestation et a signé une promesse de comparaître à la cour», ajoute Mme Cliche. Le dossier doit revenir devant le tribunal le 18 juillet. Michel Venne demeure en liberté d'ici là.

Le mandat d'arrêt déposé au palais de justice de Québec concerne des accusations d'agression sexuelle et d'exploitation sexuelle sur une adolescente. Les gestes remontent à l'été 2008.

La loi interdit d'identifier la victime alléguée dans cette affaire, car elle était mineure au moment des faits.

M. Venne est accusé de s'en être pris à une jeune fille envers qui il était en situation d'autorité ou de confiance.

S'il est trouvé coupable, il fait face à une peine minimale d'un an de prison pour chaque chef d'accusation et d'un maximum de 14 ans.

M. Venne n'a plus de liens avec l'Institut du Nouveau Monde et il serait aujourd'hui sans emploi selon nos informations.