Les affrontements qui font rage dans la bande de Gaza et le sud d'Israël ont des répercussions jusqu'à Montréal.

Philippe Teisceira-Lessard LA PRESSE

Dans les dernières heures, le bureau d'un professeur de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) a été la cible de vandalisme, a appris La Presse.

«Des propos haineux et racistes ont été inscrits sur la porte du professeur Julien Bauer dans la nuit de mardi à mercredi», a écrit le directeur du département de sciences politiques de l'UQAM, Julian Durazo Hermann, dans un courriel envoyé aux étudiants et au personnel.

En arrivant ce matin au bureau, M. Durazo Hermann est tombé sur un immense graffiti dessiné à la peinture noire qui disait: «Heil Israël. Pour penser qu'il y a un axe du mal, il faut pas un niveau intellectuel très élevé.»

Le professeur Julien Bauer est de confession juive et se spécialise en politique du Proche-Orient. Dans les dernières années, il a souvent exprimé des positions en appui au gouvernement israélien dans les médias.

Il a aussi écrit des lettres ouvertes pour dénoncer les positions propalestiniennes de groupes de gauche du Québec.

«Ces méfaits ont déjà été rapportés au Service de la sécurité et de la prévention de l'UQAM et une enquête est en cours, dit le directeur du département dans son message. Les tentatives d'intimider et réduire au silence des membres de la communauté universitaire, quelle que soit leur position, sont inacceptables.»

En entrevue, M. Durazo Hermann a ajouté que les positions de M. Bauer lui attirent toujours beaucoup de critiques et échauffent parfois les esprits. Mais c'est la première fois qu'un tel incident survient à son bureau, selon lui.