Plus de 1000 policiers et membres de services d'urgence ont rendu un dernier hommage à l'agent de la Sûreté du Québec Donovan Lagrange, lundi. L'homme de 33 ans est mort dans l'exercice de ses fonctions le 7 octobre, happé en bordure de l'autoroute 640 lors d'une opération radar à Bois-des-Filions.

Publié le 15 oct. 2012
Janie Gosselin LA PRESSE

Devant le parterre de la Cathédrale de Saint-Jérôme, composé majoritairement de gens en uniforme, l'agente de la SQ Vanessa Lapointe a salué son conjoint des deux dernières années. «J'ai beaucoup de difficulté à concevoir que la vie doit continuer sans toi», a dit la jeune femme, la voix étranglée par l'émotion.

Elle était soutenue par son père Daniel, lui aussi agent de la SQ.«Au cours de près de 25 années de service, je croyais m'être forgé une carapace indestructible. (...) Tous ces mots que j'avais utilisés avec les familles étaient vains pour moi», a-t-il souligné.

L'agent Lagrange a été décrit par sa famille et ses amis comme un homme drôle et intègre, passionné par son métier. Il travaillait depuis près de 9 ans pour la SQ. Depuis 2010, il était policier motard à l'Unité de soutien en sécurité routière du district Montréal-Laval-Laurentides-Lanaudière. Un arrangement floral en forme de motocyclette trônait à l'avant de la cathédrale, non loin d'un portrait du défunt, un petit sourire aux lèvres.

Le ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron, et le député de Saint-Jérôme et ancien policier Jacques Duchesneau ont assisté aux funérailles.

Après le service funéraire, des motards de plusieurs corps policiers ont suivi le cortège. Les membres des forces de l'ordre, venus d'un peu partout au Québec, mais aussi des États-Unis et de l'Ontario, ont formé une haie d'honneur.

Donovan Lagrange est le deuxième agent de la SQ en moins de deux semaines à mourir dans l'exercice de ses fonctions. Katia Hadouchi est morte le 26 septembre après avoir perdu la maîtrise de son véhicule alors qu'elle répondait à un appel d'urgence.

Corridor de sécurité

La mort de Donovan Lagrange, happé en bordure de l'autoroute, a soulevé des questions sur la nouvelle loi sur les corridors de sécurité.

«À première vue, malgré la campagne, on constate qu'il y a encore des incidents», a réagi l'ambulancier Patrick Dufresne, à l'origine d'une pétition qui a mené à la création de la loi.

Celle-ci, en vigueur depuis août, exige que les automobilistes laissent un espace de sécurité adéquat lorsqu'un véhicule d'urgence est arrêté en bordure de la route.

Pour l'instant, les circonstances exactes de la mort de l'agent Lagrange n'ont pas été déterminées et font l'objet d'une enquête.