Les enquêteurs de la division des stupéfiants du SPVM ont visité ce matin la campagne lanaudoise, où ils auraient découvert une imposante installation de fabrication de drogue en comprimés.

Mis à jour le 19 sept. 2012
David Santerre
David Santerre LA PRESSE

La perquisition fait suite à une enquête qui a débuté plus tôt cet été à Montréal.

L'enquête, qui visait un gang de trafiquants liés au crime organisé, a mené la police à Saint-Félix-de-Valois, dans une résidence du chemin de la Pointe-à-Roméo.

Sur place, ils ont mis la main, non pas sur une importante quantité de drogue, mais sur cinq presses dont une particulièrement sophistiquée, relate l'agente Anie Lemieux, du SPVM. Ces presses servaient à fabriquer des comprimés d'ecstasy et de speed.

De nombreux poinçons servant à graver dans chaque comprimé un logo représentant la marque de son fabriquant ont aussi été saisis, ce qui a permis aux enquêteurs de déterminer que cette «usine» de fabrication fournissait de la drogue un peu partout au Québec. C'est que des comprimés portant les logos retrouvés à Saint-Félix-de-Valois ont déjà été saisis dans plusieurs régions.

Les deux occupants de la résidence visée, un homme de 38 ans et une femme de 22 ans, ont été arrêtés. L'homme est connu une matière de production et distribution de stupéfiants et devrait être accusé demain au palais de justice de Joliette. La police ne sait encore si des accusations seront portées contre la jeune femme.