Source ID:; App Source:

La prison ferme pour un jeune casseur du G20

Des manifestants lors du G20 en juin 2010,... (Photo: Darren Calabrese, PC)

Agrandir

Des manifestants lors du G20 en juin 2010, à Toronto.

Photo: Darren Calabrese, PC

Estimant qu'il y a un besoin pressant de dénoncer le comportement des casseurs, le juge Valmont Beaulieu a imposé sept mois de prison ferme à un jeune homme de Terrebonne, Charles Bicari, qui avait fait de la casse au G20, il y a deux ans, à Toronto.

«Les tribunaux doivent faire preuve de sagesse et de prévoyance. Ils n'ont pas à attendre que des personnes décèdent ou soient blessées ou que des meubles ou immeubles soient détruits pour dénoncer la violence inacceptable des manifestants non pacifiques», a noté le juge Valmont, en rendant sa décision, la semaine dernière, à Saint-Jérôme.

Étudiant de 18 ans, adepte de la simplicité volontaire et militant anticapitaliste, Bicari s'était rendu avec d'autres à Toronto, le 26 juin 2010, pour manifester dans le cadre du G20.

Pendant que des gens manifestaient paisiblement à l'angle des rues King et Bay, Bicari est arrivé cagoulé, vêtu de noir, avec du rembourrage aux genoux et aux coudes, et armé d'un marteau. Sur le parcours, il a fait éclater des fenêtres de deux voitures de police, les vitrines de deux commerces et le guichet automatique d'une succursale de la Banque CIBC. Il a aussi volé un manteau de pluie identifié à la police, qui se trouvait dans une voiture de patrouille. Dans un rapport de police de Toronto, on signale que Bicari faisait partie d'un groupe de personnes qui ont terrorisé le centre-ville de Toronto en courant dans les rues et en causant des dommages avec des roches, des bâtons, des boîtes à journaux.

Bicari avait été arrêté le jour même et relâché au bout de 70 heures. Il a décrit son lieu de détention comme un «studio de cinéma», où il y avait des cages contenant 16 personnes, une toilette sèche et où la nourriture était rationnée. Les accusations ont été déposées plus tard, et le dossier a été confié à Saint-Jérôme en juin 2011. Bicari a plaidé coupable à six accusations, dont méfaits, vol, nuisance publique, port de cagoule et mettre en danger la sécurité du public. Un rapport précédant la peine a été établi sur l'accusé, pour éclairer la Cour à son sujet.

Peu de regrets

Bicari est aujourd'hui âgé de 20 ans, habite chez ses parents et n'a pas d'antécédent judiciaire. Il suit des cours du soir à l'UQAM et travaille comme courrier à vélo pour payer ses dépenses personnelles, qui sont peu élevées, vu ses convictions personnelles. II avait fumé du cannabis le jour de la manifestation, et il était dans un était émotionnel intense. Il voulait protester contre ce qu'il considère comme «le summum de l'hypocrisie des pays riches». Il a verbalisé peu de regrets pour ses gestes, comme ils avaient été commis contre des «entreprises capitalistes».

Avant cela, Bicari avait été arrêté au printemps 2010 pour avoir lancé des cailloux sur une voiture de police, lors d'une manifestation contre la brutalité policière. Il a fréquenté les milieux activistes, mais soutient que les accusations l'ont obligé à réfléchir sur sa façon de militer et de s'engager. Il ne veut plus adopter de comportement destructeur, mais ne l'exclut pas «si le contexte le nécessite». Il ne cherche pas d'emploi conventionnel et préfère s'impliquer bénévolement dans des milieux comme Vivre à l'échelle locale, Occupons Montréal, Atelier de vélo, le Salon de la marginalité...

Tout en reconnaissant que Bicari était un candidat pour purger sa peine dans la société, le juge Beaulieu a décidé d'imposer une peine de prison ferme, vu les facteurs aggravants et pour décourager les autres qui seraient tentés de faire de la casse dans le cadre de manifestations. Les manifestants pacifiques ont le droit de s'exprimer en toute sécurité sans la présence de casseurs qui viennent diminuer l'exercice de leurs droits, signale le juge.

«Ces crimes de cette nature ne peuvent être traités comme s'il s'agissait de banales incivilités, de simples désordres publics, absence de contrôle spontanée due aux actions des autres, ou une réponse exagérée à une injustice sociale que l'on veut dénoncer... Aucun tribunal n'a besoin d'une preuve d'expert pour comprendre que les casseurs appellent les policiers à intervenir en grand nombre dont le coût est payé une fois de plus par les travailleurs. À cause des délinquants, l'image de notre démocratie et du pays est déformée...», peut-on lire dans la décision du juge.

Le jeune homme a commencé à purger sa peine. Son avocat, Me Jean-François Boudreau, ne pouvait dire si la cause sera portée en appel. L'avocat, joint hier au téléphone, a indiqué qu'il n'avait pas le mandat pour parler aux journalistes.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer